Du Pouvoir - introduction

Introduction du livre de Bertrand de Jouvenel, du Pouvoir

listennow (1K)

Fichier de flux Cliquez ici

* Longueur 29 Mo
* Auteur Copeau
* Date 1 mai 2006

Le fil RSS

Add to Google

Add to Google

Le courage de l'ennui

Celui qui n'a pas le courage de permettre que l'on trouve ennuyeux son œuvre et lui-même, n'est certainement pas un esprit de premier ordre, que ce soit dans les arts ou dang les sciences.

- Un esprit moqueur qui, par exception, serait aussi un penseur, en jetant un regard sur le monde et l'histoire, pourrait ajouter : « Dieu n'a pas ce courage ; il a voulu rendre toutes choses intéressantes et il les a faites ainsi. »

Jean-Louis Costes, scatman

Le Libé du jour me fait découvrir un artiste pour le moins original, qui a la particularité d'être un ancien coco devenu libertarien ; héritier décalé des actionnistes viennois des années 70, ce musicien d'origine traîne du coup une image indécrottable d'«artiste scatologique». Il a tenu un petit rôle dans Baise-moi, et Ardisson le compare à Marilyn Manson. Un vrai freedom-fighter, en somme.

Il n'a jamais eu de maison de disques. Depuis le début de sa «carrière», sa production se résume à «un CD-Rom que je grave», vite on line sur l'Internet. Marginal foncièrement, mais pas rebelle complaisant, il a longtemps été communiste politiquement. Maintenant, il se sent proche du Parti libertarien, qu'il a découvert aux Etats-Unis. «Je me suis rendu compte que l'idéologie de gauche ne fonctionnait pas. La bonne conscience antiraciste, par exemple, ne colle pas avec la réalité. Lorsqu'un nouvel habitant arrivait dans mon immeuble, mes voisines haïtiennes me disaient : "Il y a des Noirs qui viennent..."» Pour lui, les antiracistes bien pensants ne connaissent pas vraiment les immigrés. «Ceux qui viennent en France ne sont pas forcément les damnés de la terre. Ils appartiennent souvent à une petite-bourgeoisie débrouillarde. Leur but est exactement le même que tout le monde : un pavillon et un chien.»

Ce type est fou, totalement trash et déjanté,... donc libertarien :) !

Lire une interview ici., et voir cela.

Exemples d'absolu axiomatique

Un absolu axiomatique, c'est le fait de juger une situation de manière binaire, en bien et en mal, sans tenir compte des circonstances d’espèce, mais aussi sans tenir compte des solutions relatives qui s’appliquent, ou s’appliqueraient, en cas d’absence d’occurrence de la situation. Dire que la situation 1 est néfaste, que la 2 est pire encore, et qu’il faut les combattre, est une excellente chose, à la condition de tenir compte de toutes les autres possibilités, et notamment du fait qu’en l’absence de situation 1 ou 2, c'est la situation 0 qui s’applique. Si 0 est pire que 1 et 2, il faut sérieusement s’interroger sur l’opportunité de refuser 1, sinon 2.

Je pourrais citer une multitude d’exemples, en voici seulement deux.

Le CPE, c'est la précarité. Oui, c'est vrai. Il est incontestablement la promesse d’un statut plus précaire que celui de salarié en CDD, lequel est plus précaire que celui de salarié en CDI, lequel est plus précaire que celui d’agent public, lequel enfin est plus précaire que celui de fonctionnaire.

Pour autant, il s’agit d’un parfait immobilisme axiomatique, un absolu même.

Pourquoi ? Parce qu’on raisonne en vase clos, sans tenir le moindre compte de la face cachée de la lune, ce que Fréderic nommait « ce qu’on ne voit pas ». Comme si on vous soutenait que la coke c'est génial, sans vous préciser que vous risquez l’overdose si vous appuyez un peu trop fort sur l’accélérateur.

Ce qu’on ne voit pas en matière de précarité, c'est le chômage des « encore plus précaires » que les gentils étudiants bien blancs qui après un peu d’intérim sinon quelques contrats de courte durée, finiront bien par trouver un emploi stable et plutôt bien payé. Ces « encore plus précaires » (EPP pour faire simple), ce sont les jeunes souvent moins blancs, aux noms exotiques, demeurant dans des quartiers fort peu résidentiels, et qui eux, quand bien même voudraient-ils travailler, ne le peuvent pas. Sauf à considérer que vigile au carouf du coin est un projet professionnel d’envergure notable. Pour ceux-là, un statut type CPE aurait indubitablement représenté un mieux, il vaut mieux un petit boulot temporaire à la zone permanente. C'est tout simplement plus valorisant, plus structurant et apporte plus de fierté.

Ils n’en bénéficieront donc pas, et c'est bien dommage pour eux. La question n’est pas de savoir si les entreprises allaient en abuser, si elles allaient profiter des failles du projet, car il est évident que le risque était immense. La question, c'est que, objectivement, personne ne s’est posé ce genre de question. On ne raisonnait que dans l’absolu, par absolu axiomatique. La précarité c'est mal, l’absence de précarité c'est bien. Peu importe si l’absence de précarité n’existe pas et ne peut exister. Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

Autre exemple, plus ancien, la limitation de la taille minimale des appartements disponibles à la location, afin d’empêcher que des étudiants ne puissent louer des apparts de 9 m², car on considère qu’on ne peut pas vivre décemment dans une si petite surface. C'est vrai, on ne peut pas y vivre décemment. Mais se pose-t-on la question de savoir si les titulaires de tels logements y auraient vraiment vécu ? Ou seulement dormi ? Est-ce nécessairement mieux de voyager en RER des heures par jour ? Ou n’est-ce pas, là aussi, une parfaite forme de précarité ?

On ne se pose pas la question, on ne raisonne qu’à partir de l’image qu’on a d’une chambre de 9 m², et de la vie difficile qu’on pourrait y mener. On préfère raisonner par absolu axiomatique, plutôt que de voir les choses en face : il y a une alternative, un choix entre deux imperfections plutôt que le bien d’un côté, le mal de l’autre.

Le retour de la revanche du copeaudcast masqué

Un bref billet pour vous signaler que nonobstant mes actuels problèmes d'accès à internet, problèmes d'ordre technique qui sont en passe d'être résolus, je travaille par ailleurs à un grand come-back des copeaudcasts. Plus précisément, il ne s'agira pas, du moins dans un premier temps, de billets audio comme l'an dernier, mais d'un concept assez novateur dans le monde de la blogosphère, qui plus est libertarienne.

J'espère que le retour de ma voix suave vous plaîra !!

(plus d'informations très bientôt)

Suicide girls video podcast

Vous connaissez mes penchants gothico-fétichistes. Afin de les assouvrir, si vous les partagez, vous pouvez vous rendre sur le site bien connu des Suicide Girls, et vous abonner au podcast vidéo, qui vous permettra de télécharger les derniers sympathiques et néanmoins charmants clips en ligne.

(et vive l'ipod, soit dit en passant)

Un petit bisou de Vanessa

Vanessa Hessler, archi-connue incarnation italo-américaine d'Alice, vient vous faire un petit coucou et un petit bisou.

Qu'elle en soit solenellement remerciée.

Je vous conseille, grâce à Google encore une fois

Google a son propre lecteur de flux RSS, que peut être vous connaissez, Google Reader. Il offre la possibilité, bien pratique, de noter les meilleurs billets piochés sur le web, et issus de blogs ou de sites auxquels on est abonné. Fort bien.

Mais Google Reader permet aussi de partager ses meilleurs billets, et c'est ce que je vous propose dans la rubrique intitulée sobrement "je vous conseille", et située dans le menu de gauche, sous la radio obscure et les copeaulations. Puissiez-vous en faire bon usage. :)

Et si certains l'ignoraient, voici Google Calendar.

CPE, réforme et tactique

Suite à cet article, Henri fait le commentaire suivant :

Ce faisant, le texte de Lemennicier fait clairement apparaître la faute tactique commise par Villepin. Lorsque l'on veut faire une réforme, il faut la jouer de telle manière qu'elle profite en priorité à un relativement petit nombre de gens, faciles à identifier et à organiser, alors que les coûts en retombent sur le plus grand nombre. Ce qui n'est pas le cas du CPE qui dresse directement deux populations l'une contre l'autre, et dont les avantages seront relativement lents et longs à se manifester, alors que les coûts sont immédiatement identifiables par ceux qui en seront les victimes.

Lire la suite ici

Bonjour, je suis l'Etat. Tu as de l'argent ? moi j'en ai plus

J'aime bien ressortir les vieilleries, surtout lorsqu'elles sont pertinentes ; en voici une de mon ami Jean-Louis.

A l’heure où intellectuels, experts, journalistes, responsables syndicaux ou politiques polémiquent sur la réalité du déclin de l’économie française, je voudrai rappeler quelques enseignements de l’histoire économique particulièrement intéressants.

L’histoire nous enseigne beaucoup de choses pour peu que l’on médite ses leçons. Aveuglés par l’idéologie, nombreux sont ceux qui refoulent l’histoire pour la réécrire à leur convenance. Dans cette entreprise, les régimes collectivistes furent les plus doués mais en même temps les plus suicidaires : ils s’approprient l’éducation et l’information pour distiller parmi les esprits une science et une histoire officielles dont le rôle est de glorifier le régime plutôt que de transmettre des connaissances. A certains égards, l’agonie du système universitaire français ne s’explique pas autrement. Mais quand on trafique un baromètre, ce dernier perd toute son utilité pour le plus grand malheur de celui qui voulait s’en servir.

lire la suite

The French Employment Fiasco

Voici un article incontournable de l'ami Lew.

Americans can only be mystified by the protests that rocked France and led to a cave in by the government. A small economic reform that would have meant the start of much-need liberalization has been repealed.

The change in labor law would have permitted employers to fire workers, age 25 years or younger, in the first two years of employment. On the surface, it seems that workers in this category — backed by nearly the whole of French public opinion — regard this common-sense change as treason to all that is good and just. In fact, they are demanding what no dynamic and productive economy can or should ever promise: lifetime job security.

lire la suite

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 >

381 lectures