Désobéissance civile

Octavius, de Chacun pour soi, nous fait remarquer qu'il y a quelque paradoxe, lorsqu'on s'appelle Noël Mamère, à prôner la résistance civile au nom d'idéaux discutables, quoique louables : c'est prendre le risque de faire siens de tels préceptes et par conséquent d'adopter le même comportement, en applicant le principe de résistance civile à toute mesure de la municipalité de Bègles non conforme aux idéaux de tel ou tel. C'est la vision de Thoreau. A ceci près que ce dernier refusait de se soumettre à des lois ou à une autorité dont les effets étaient jugés contraires à la dignité de l'homme ou aux aspirations de la vie.

Rien de tel si demain je refuse de payer un impôt qui ne me plaît pas ; rien de tel non plus si j'arrache un plan de maïs transgénique pour imposer à la société grégaire de consommation mes habitudes alimentaires. Même si, ce faisant, je fais le jeu des grandes compagnies agroalimentaires européennes, qui, tant que les OGM seront refusées en France, auront donc à disposition un marché captif bien à l'abri des compagnies américaines.

Les memes qu'on abat

Je viens de faire une réponse à mon ami Omer Vidolis, sur le blog de Melodius, à propos du concept de memes (sans accent) tel qu'employé par le philosophe et zoologiste darwiniste Richard Dawkins.

Les memes me gênent. Une représentation en termes darwiniens des processus de sélection des idées me semble des plus anti-individualistes. Comme Freud a réifié l'inconscient, j'ai l'impression que Dawkins (et, partant, Zek) réifie l'intellect au point d'en faire une entité indépendante de l'individu dont il n'est que l'hôte.

Prétendre que les memes se sélectionnent les uns les autres revient à nier toute réflexion critique individuelle, alors même que l'apprentissage de la philosophie occidentale nous montre, depuis Spinoza au moins, que cet esprit critique est précisément le substrat de notre civilisation. Par conséquent, dire que les penseurs proposent et les memes disposent, revient à mettre sur un pied d'égalité les civilisations grégaires ou holistes (par exemple, la Chine depuis le XVe siècle) et les civilisations individualistes et critiques. C'est à mon sens un raccourci périlleux.

Par ailleurs, s'il fallait trouver une explication aux choix individuels, je la préfère chez Boudon, qui explique que si un individu agit d'une certaine manière, c'est qu'il a de bonnes raisons de le faire. Non parce que son inconscient lui jouerait des tours, ou parce qu'il a intégré, à son insu, des memes plus robustes que son voisin.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17

737 lectures