Et qu'est-ce tu bois bobo dis-donc ?

Suite à une récente discussion sur le sujet, je ne résiste pas à l'envie de vous faire découvrir, si ce n'est déjà fait, la physiologie du bobo selon Zek.

Et vous, quel bobo êtes-vous ? grand bobo, petit bobo, boma ou bozo ?

Qui était vraiment le Che ?

According to Jean Paul Sartre, he was ‘the most complete man of his age’. John Berger likened the photograph of his corpse to Andrea Mantegna’s ‘Dead Christ’. When I went up to university, in the month of his death, October 1967, the walls were quilted with his image — the famous Korda photograph of the implacable revolutionary, with the beret, the Comandante star, the wispy hair and beard. I remember particularly a sickly poster version in psychedelic colours — mauve and turquoise and green — taped to the wall of a friend’s room. Even then, I thought, Che Guevara was unlikely to have had much to recommend him, a mythic fanatic adulated by ersatz revolutionaries in Cambridge. Hardly anything was known about him, but that was one source of his iconographic ubiquity: ignorance is bliss, where heroes are concerned. Over the past 30 years or so, Che has become an industry, appearing in ever more absurd and ironic guises, on T-shirts, scarves, baseball hats, key rings, even in the form of ‘Che’ brand cigars and beer. It is the revenge of the market, turning the puritanical revolutionary into a logo. ‘Che vive!’ as it says in the slogan, but mainly as a fashion accessory. There was also a famously bad movie, released in 1969, with Omar Sharif as Che and Jack Palance as Castro. Now we have another film, out this week — The Motorcycle Diaries — executive producer Robert Redford. Revolution repeats itself, first as tragedy, then as entertainment. The new film is a pleasant, anodyne tale described by its director, Walter Salles, as ‘a story of two young men who leave on an adventurous journey throughout an unknown continent, and the journey of discovery becomes one of self-discovery as well’.

The oddity about the cult of Che is that, despite all the attention, despite the torrent of articles, books, documentaries and movies, despite the pervasiveness of the image, he is now more mysterious than ever. Che is complete as a symbol, a void into which people can pour their yearnings for a more adventurous, a more rebellious life. But how many of those with his picture on their chest could tell you three facts about him?

The essential fact about Che was that he misunderstood his own experience, and then tried to apply it as a rule for the whole world, with predictably disastrous results. He was a savage ideologue, a mesmeric fool and, in the end, a poetic blunderer, possessing some extraordinary qualities, certainly, but without the judgment and humility to make those qualities count. His moment of glory was as a guerrilla leader in the two years of the revolution in Cuba, leading to Castro’s victory in 1959. He had sailed as a doctor on the Granma — the yacht which in November 1956 carried Castro’s tiny rebel army from Mexico to Cuba. Once they had landed, it soon became apparent that Che was a talented and effective fighter. Severely asthmatic, he struggled with the physical demands of war, but he more than made up for it by his determination, his courage under fire, his power of command and his absolute ruthlessness.

In the ramshackle, amateurish conflict in the Sierra Maestra, where Castro’s forces were numbered in dozens and, at most, hundreds, Che was a man who did not mind getting his hands dirty. If a man was accused of being a traitor, or an informer, or even of defeatism, Che could, and often did, condemn him to death. He was not averse to carrying out the sentence himself. Pistol to the temple, pull the trigger, has to be done.... The peasantry

soon learnt to fear him. Che wrote in his memoirs: ‘Denouncing us did violence to their own conscience and, in any case, put them in danger, since revolutionary justice was speedy.’

Here was a guy — ‘Che’, by the by, means ‘guy’ or ‘mate’ in Argentine slang — who had been a medical student and traveller, who had become inebriated with the sonorous simplicities of Marxism, who had stepped on to the Granma with a risible, adolescent poem in his pocket — ‘Canto a Fidel’ — which he planned to give to the future caudillo while they were at sea (‘Let’s go, ardent prophet of the dawn...’). Here he was, tramping the hills of Cuba, in the full flood of the romance of his own life, with permission, granted by the armour of the ideology, to separate the quick from the dead.

In admiring Che, we are valuing more than his personal qualities — self-sacrifice, honesty, dedication to the cause. We are signing up to the idea that violent solutions are not merely, at times, justifiable but desirable, that a brutal narrow-mindedness is somehow redeemed if you utter the right mantra over the corpses. When Castro won his revolution, Che became responsible for prosecuting members of the former regime. Even his highly sympathetic biographer, Jon Lee Anderson, does not shrink from the facts: ‘Che, as supreme prosecutor, took to his task with a singular determination, and the old walls of the fort rang out nightly with the fusillades of the firing squads.’ Hundreds were shot on Che’s orders, and he only stopped the executions reluctantly, at Fidel’s insistence. Moving on from his role as Castro’s Fouquier-Tinville, he took charge of Cuba’s economy. According to his ‘Theory of Value’, which Fidel supported, the value of an object was defined not by supply and demand but by its moral and social worth. Che was left to decide which priorities should be followed. His years in command of the Cuban economy drove it to ruin.

He was undaunted by the deaths he had ordered and the errors he had made. He had larger dreams than the fate of the Cuban economy. He was excited by the vision of a grand, global confrontation between imperialism and socialism, and he viewed the prospect of nuclear war with equanimity. Speaking to the First Latin American Youth Congress, in July 1959, he stated: ‘These people of Cuba you see today tell you that even if they should disappear from the face of the earth because an atomic war is unleashed in their names ...they would feel completely happy and fulfilled....’ During the Cuban missile crisis, Che wanted to fire the missiles at the United States, and was furious that Khrushchev backed down in the face of US pressure.

In 1965 he left Cuba to become a wandering guerrilla at the service of revolutions around the world. Che believed that the Cuban revolution offered a model that could be applied throughout what was then called the ‘Third World’. He was wrong. First stop was the Congo, where he wanted to combat the white mercenaries operating in the country. After nine months of trying to train an African force, he was sickened by the incompetence of his recruits and their arbitrary savagery. In October 1966 he moved to Bolivia, where he hoped to create a ‘second Vietnam’. Once again, Che didn’t quite get it. North Vietnam was able to confront the United States not through Che’s kind of insurgency but because a nation of some 20 million people under arms, supplied by both China and the Soviet Union, represented a formidable force.

The lessons of Cuba weren’t, in any case, applicable to Bolivia, which was one of the least promising places in South America to start a revolutionary guerrilla war. Che, with his utopian rhetoric, had nothing to offer the Bolivian Indians; they owned their land, and saw him not as a saviour but as a threat. In the 11 months he spent in the Bolivian jungle before he was captured and killed by CIA-trained troops, the local peasantry stubbornly refused to rally to his cause. He remained, to the end, the Argentine aristocrat of his origins, so concerned to help the People that he hardly bothered with the awkward details of who they were and what they wanted.

By the end, he had exhausted the patience of even those who might have supported him. The Soviets loathed him, suspecting him: they helped to undermine him by withdrawing the support of the Bolivian Communist party; they may also have used an undercover agent they had placed beside him, Haydée Tamara Bunke — ‘Tania’ — to sabotage his campaign. They suspected Che, rightly, of sympathy for Maoism, which, at the time of the Sino-Soviet split, was a cardinal crime in their eyes. What they failed to see was that Che’s dreams were doomed to failure, in Bolivia and throughout Latin America. As ever, they had the whole thing out of focus; the Cuban example wasn’t applicable anywhere else in Latin America, Marxism wasn’t the future, and there was no ‘historical inevitability’ ensuring the victory of socialism over ‘imperialism’ and ‘capitalism’. Che wasn’t going to come out on top, and neither was the Soviet Union.

They were right about one thing, though: Che was trouble, not just to his enemies but also to his friends. Sanctifying him is, to quote Vladimir Ilyich, ‘an infantile disorder’. He is one of the most oversold figures of the past half century.

© 2004 The Spectator.co.uk

La pyramide des besoins

Elle avance, à lire ici.

Par ailleurs, et sur conseil d'Eskoh, je vous invite à visiter le site des communistes pour Kerry.

Une photo parmi d'autres :

The imperialist rain dampened but couldn't destroy the educational tool of the masses - The People's Cube.

This Ultimate Egalitarian Puzzle teaches the people the correct attitude towards choice, competition, and collectivism, as well as improves self-esteem and provides hours of entertainment to the proletarians.

The advantages of The People's Cube are obvious:

NOBODY IS TOO FAST

NOBODY IS TOO SLOW

NOBODY IS TOO SMART

NOBODY IS TOO STUPID

EVERYBODY IS EQUALLY AVERAGE

Et voir une vidéo ici, ou le courrier du coeur de Jacques Chirac.

Dans un autre genre, Agent Provocateur sort une nouvelle collection, avec un trailer sympa disponible ici.

Bientôt deux journalistes de retour au pays

...mais pas forcément entiers. Outre la tragédie personnelle que représente cet événement (je ne ferai pas le mariole si j'étais sur le seuil de la porte de la Grande faucheuse), on ne peut néanmoins pas rester apathique devant cela.

Je suis de l'avis de Frodon, non pas en ce sens qu'il fallait nécessairement, et en tout point, défendre la position americano-israélienne au moyen orient. Mais en ce que la France n'a pas seulement tenté de convaincre les autres pays de son point de vue. Elle a mené une campagne tambour battant en faveur des saddamites, en faisant le tour des capitales pour dénigrer la position americano-anglo-espagnolo-italienne. Ce n'était pas innocent.

Le fait qu'il y ait beaucoup d'Arabes en France, en milieu urbain, n'est à mon sens pas étranger à cet état de fait. De même que la volonté, continuelle depuis de Gaulle, de prendre le contre-pied des Etats-Unis pour tenter de fonder une soi-disant diplomatie autonome. Mais il y a beaucoup de lâcheté dans la position qui consiste à protester vertement contre les vexations (et non tortures, ou alors il faut trouver un autre mot pour définir les méthodes qui ont eu cours en Allemagne, en URSS ou encore au Cambodge) d'Abu Graib, et contre les méthodes de Guantanamo, et à ne dire mot devant ce qui se passe en Iran.

Evidemment, il faut critiquer Guantanamo et les methodes américaines. On peut s'opposer aux méthodes de nazis qu'emploie Israël en Palestine. On peut d'ailleurs très bien être opposé à la guerre en Irak, comme le sont les courageux membres de Chacun pour soi. Mais il faut aussi ne pas confondre la paille et la poutre. Là on parle de fondamentalisme religieux. De fanatiques. De nouveaux Torquemada.

Il y a en vérité beaucoup de compromission dans la position française. Ca ne paye pas vraiment, on dirait.

Il faut avoir le courage de dire que les islamistes sont des enculés.

Naan, y paraît que c'est la faute du Mossad. Heureux les simples d'esprit...

Social individualist

Blogographe s'interroge sur l'art et l'ordure, suite à cette info rigolote : Une femme de ménage a jeté par erreur un sac poubelle qui faisait partie d'une exposition d'art moderne à la Tate Britain, l'un des principaux musées londoniens.

La photo en haut, c'est Alice Cooper. Enfin, vous m'avez compris, c'est Angelina avec un T shirt d'Alice, elle qui est une fan de longue date du vieux métalleux.

Pourquoi vous parle-je d'Alice ?





C'est parce que le Frogman s'interroge sur les billion dollars lefties, ces con-cons (contestataires consensuels) du showbiz qui défendent, par définition, des thèses de gauche en ayant à peu près rien dans le citron. Comme il le dit fort bien :

il ne s'agit pas de savoir si les rock stars et autres saltimbanques peuvent avoir des opinions en politique comme tout un chacun (la réponse est évidemment oui), mais de bien établir une distinction entre opinion personnelle et prosélytisme, particulièrement lorsque les prosélytes sont loin d’être des lumières en la matière.

Et particulièrement lorsque, comme c'est le cas avec les artistes à qui les remarques d'Alice Cooper s'adressent, ils mettent leur renommée au service de leurs convictions... et au mépris de leur public, puisque rien, sinon leur arrogance et leur égocentrisme sans bornes, ne leur permet d'affirmer que tous leurs fans (qu’il s’agisse d’REM, de Bruce Springsteen ou des autres) sont anti-Bush.

Concernant Alice Cooper, je n'ai pas l'impression que ses positions aient fondamentalement changées, puisqu'il supporte Bush fils. Ce qui m'amène, en fait, à lui attribuer le titre de libre penseur, c'est plutôt le fait que dans un milieu incroyablement conformiste, celui des artistes - tant du show business que du cinéma (et en dépit des apparences qu'ils se donnent...) - des individus comme lui ne se sont jamais coulé dans le moule du zeitgeist.

Mes souvenirs d’ancien lecteur de Metal Hammer mais aussi d’abonné à Kerrang, me confirment d’ailleurs que c’était généralement le cas dans le genre musical auquel appartient Alice Cooper. J’ai comme l’impression qu’on ne naît pas social individualist, mais qu’on l’est devenu dans les années 80.

Je suis un junkie de cinéma et de musique, mais en dehors de leur art, je n'ai que peu de considérations pour les artistes. Posez n'importe quelle question à un Michael Stipes ou à un Bono (sans même parler de nos sous crétins néo-marxistes locaux du genre Manu Chao), et vous obtiendrez les même réponses superficielles et pré formatées du genre: "les pauvres pauvres sont si pauvres, c'est une horreur horrible."

Ouais, maintenant sors de la piscine et passe moi la coke.

Pendant ce temps, Vincent poursuit son étude sur la pauvreté comparée de la France et des Etats-Unis.

Enfin, Johan s'oppose à l'accroissement excessif du budget de la commission européenne.

Hallali

Un billet de Romain qui nécessite quelques commentaires, encore que je n'ai pas grand chose à voir, ni avec les millonistes, ni avec l'auteur du site web dont il est question ici. Mais comme j'aime bien mettre mon grain de sel, l'occasion est trop belle.

Je ne répondrai pas sur tout, mais je ne peux pas laisser passer la référence à l'article sur l'idéologie marxiste.

L'auteur de l'article évoque la controverse qui s'est fait jour lorsque Pascal Salin a été récusé par le tribunal de la pensée, alors qu'il venait d'être nommé président du jury du concours 2003-2004 de l'agrégation en Sciences Economiques. L'auteur cite aussi

(...) le professeur Caccomo, qui est de mes amis et qui, bien entendu, a fait lui-même l'objet d'odieuses insinuations ad hominem, est cité par Roland Granier, professeur émérite de l'Université d'Aix-Marseille et doyen honoraire de la Faculté d'Economie appliquée, dans un article intitulé "Socialisme, libéralisme et concours d'agrégation de Sciences économiques de 2004 en France" que publie l'Association Liberté chérie sur son site www.liberte-cherie.com. L'indignation de cet honnête homme, qui bien sûr rejoint en tout point la mienne, reflète ce que nous pensons tous de tels agissements qui illustrent la misérable situation dans laquelle ces gens, dont la pensée frelatée repose sur une imposture permanente, ont plongé notre université incapable de rivaliser, dans un monde ouvert, avec l'enseignement supérieur d'aucune autre nation avancée.

Alors, oui, en effet, le milieu universitaire français reste fortement marqué par l'extrême gauche, plus ou moins marxisante. L'auteur a totalement raison. Et Pascal et Jean-Louis ont mes amitiés.

Concernant la SNCF, le sympathique Romain nous dit que

A mon trés humble avis, le probléme de la SNCF c'est qu'elle ne remplit plus vraiment son rôle de service public avec par exemple des tarifs à 110 euros voire plus pour un Lyon-Paris allez-retour en seconde classe

Je doute pour ma part que ceci soit indifférent à la situation actuelle. Il est peu contesté que les chemins de fer français sont parmi les plus chers au monde. Pas seulement pour l'usager évidemment, mais au coût par kilomètre. Et qu'on ne me dise pas que la France est le seul pays à posséder un TGV, c'est faux.

Ma réponse personnelle : La libéralisation ferroviaire mal contrôlée au Royaume-Uni offre l'écueil à éviter. Mais entre ce scénario et la situation actuelle, des voies médianes sont envisageables intégrant une ouverture progressive de certaines lignes à d'autres opérateurs, avec une agence de régulation comme on l'a pratiqué dans la téléphonie et une mise en place d'appels d`offre des régions pour le transport régional, ligne par ligne, avec attribution de concessions......

Selon la commission européenne, la concurrence sur les secteurs de réseaux (eau, gaz, électricité, télécommunications, services postaux) a permis de réduire les coûts cumulés de 30%. Il n'y a pas de raison qu'il en soit autrement pour le ferroviaire.

EDIT (merci Chris) : http://www.euro92.com/new/article.php3?id_article=606

Un texte sur l'état réel des trains en grande-Bretagne.

Il faut garder à l'esprit que sorti du TGV qui est un véritable gouffre financier, les trains corails sont dans un état déplorable. De plus la SNCF coûte la bagatelle de 7.5 milliards d'euros par an au contribuable rien qu'en subventions, soit davantage que les budgets de la police et de la justice réunis.

Le coût réel du transport ferroviaire est donc masqué de sorte qu'il est faut de prétendre que la nationalisation fait baisser les prix.

Enfin, concernant le gaspillage des fonds publics au bénéfice d'associations et syndicats divers, comment ne pas voir qu'il s'agit là d'un formidable clientélisme ? Comment ne pas voir que Delanoë achète ici, avec l'argent du contribuable, des électeurs pour les futurs scrutins ? C'est de la corruption d'électeur, comme il y existe la corruption des fonctionnaires.

Bon, le reste de l'hallali ne me concerne pas, je goûte très peu les néocons. Je n'ai pas grand chose d'un euricain ;)

Pendant ce temps, Prodigy sort un nouvel album. Ca c'est une bonne nouvelle.

Ah j'oubliais, toujours sur Lyon - et je sens que ça va faire plaisir à Romain - un article d'Adam consacré à la communication municipale...

Et pendant qu'on parle de notre bonne ville, voici un message de mes amis de Contribuables Associés :

Jour de libération fiscale : le Syndicat Unifié des Impôts (SNUI) voit rouge…

Le SNUI, principal syndicat des fonctionnaires de Bercy, a réagi à la campagne de presse des Contribuables Associés à l’occasion du jour de libération fiscale, le 16 juillet dernier. Une célébration, qui selon nos très chers collecteurs d’impôts serait « mue par la haine ».

Chaque année, les Contribuables Associés célèbrent le jour de libération fiscale. Pour 2004, la dépense publique s’élève à 53,9% du PIB, ce qui signifie que nous avons travaillé jusqu’au 15 juillet au soir uniquement pour l’Etat et que ce n’est qu’à partir du 16 juillet que nous avons enfin pu travailler pour nous même. Pour célébrer l’évènement et sensibiliser l’opinion, notre association a lancé avec succès une large campagne dans la plupart des grands titres de la presse : Le Figaro, Le Monde, France Soir, Valeurs Actuelles, Spectacle du Monde, Le Parisien, Métro et Nice Matin et quinze spots publicitaires ont également été diffusés en boucle sur Europe 1.

Outré, le tout puissant syndicat des impôts a réagi - avec l’excès qui le caractérise - en qualifiant le message des Contribuables Associés de « nauséabond car mû par la haine » et s’est présenté comme le défenseur et garant de l’ « impôt citoyen » sans lequel la société ne pourrait survivre puisque l’impôt serait le garant « des solidarités » source d’égalité…

Bien entendu, solidarité bien ordonnée commençant toujours par soi-même, la dévotion vouée à l’impôt par ce syndicat de fonctionnaires est des plus intéressée… Les effectifs pléthoriques* au ministère des finances, fruit de longues journées de grève, ce sont nos impôts. Les primes de plus de 40 % exonérées de certaines charges sociales, ce sont encore nos impôts. Enfin, les retraites précoces et bien mieux rémunérées que dans le privé, ce sont toujours nos impôts… Alors, si les fonctionnaires du SNUI veulent plus de « solidarité » et d’ « égalité » dans la société, les contribuables français sont tout à fait disposés à ce que de tels privilèges soient supprimés. En 2005, ils pourront ainsi être libérés un peu plus tôt dans l’année !

* Dans une allocution, au mois d’avril, le Président de la République, Jacques Chirac, rappelait que la collecte de l’impôt, en France, pouvait être quatre fois plus coûteuse qu’à l’étranger.

Libéral de gauche

Un nouveau spectre hante l’actualité intellectuelle et politique européenne depuis la fin du Xxe siècle : le « libéralisme de gauche ». Bien qu’elle se réfère à l’action gouvernementale de Tony Blair et Gerhardt Schröder ainsi qu’aux évolutions doctrinales du « New Labour » et de la social-démocratie allemande, cette expression ne renvoie-t-elle pas plus à la quadrature du cercle qu’à un objet théorique précisément identifiable, consistant et cohérent ? Et, pour les libéraux classiques, peut-elle représenter autre chose qu’une illusoire et dommageable chimère ? Peu explorée, l’allégation d’un libéralisme de gauche indispose tous ceux qui se cramponnent dogmatiquement à des frontières idéologiques intangibles, et estiment que sous cette apparence d’oxymoron et se théorisation en « troisième voie » se cachent d’inacceptables compromissions et d’improbables mariages entre l’eau et le feu. Du côté libéral, et surtout des libéraux conservateurs ou marchéistes pour lesquels tout ce qui est « de gauche » sent d’emblée le soufre, cet apparentement est décrété impossible et en tous cas condamnable : s’il y avait un libéralisme de gauche, cela ne prouverait-il pas qu’il y a corrélativement un libéralisme « bourgeois », le leur ? Pour la vieille gauche socialiste, c’est tout simplement pactiser avec le diable et l’enfer capitalistes : « le libéralisme de gauche, fourrier de la société de marché », comme le dit Alain Minc en traduisant avec ironie leur réaction (www.capitalisme.fr). On y crie d’autant plus à la trahison que l’initiative du rapprochement est venue de certains secteurs de la gauche et non des libéraux…

Pour achever de compliquer les choses, l’expression « libéralisme de gauche » se trouve fréquemment associée à celles de « social-libéralisme » à gauche, ou de « libéralisme social » chez les libéraux – aussi confuses l’une que l’autre. « Social-libéralisme » parce que, calquée sur celle de social-démocratie, elle centre bien plus son contenu sur un « social » devenu un mot-valise vide de toute signification précise quand il ne demeure pas imprégné d’un relent d’égalitarisme étatique que sur un libéralisme relégué au second plan et auquel seraient consenties d’inévitables concessions. Tandis que « libéralisme social » présuppose arbitrairement que par essence, le libéralisme ne comporterait aucune préoccupation d’équité économique, et qu’il faudrait le compléter par de bonnes œuvres charitables.

Si elles étaient établies, la réalité et la viabilité d’un libéralisme de gauche aussi authentiquement libéral que de gauche contribuerait assurément à dédroitiser et recentrer une tradition libérale au champ élargi et à la dynamique revivifiée. En tête de leurs conditions théoriques de possibilité figure l’existence d’une gauche dont l’engagement anti-totalitaire serait également anti-collectiviste. Qui ne se fourvoie pas dans l’illusion syncrétique d’une « troisième voie » entre capitalisme et socialisme, ne s’en tienne pas à la dimension politique du libéralisme pour oser en finir avec les excès de l’interventionnisme assistanciel, redistributif et ultra-réglementariste de l’Etat providence – et adhère sans restriction aux principes individualistes de responsabilité individuelle, de liberté contractuelle et de respect du droit de propriété. Sur la base du paradigme libéral, le libéralisme de gauche illustrerait alors la possibilité intellectuelle d’en déduire des conséquences et applications pratiques autres que celles du libéralisme de pur laissez-faire. Son pari : dans la ligne des idées d’un Karl Popper suggérant dès 1958 de « réduire ce qui semble tant faire question dans l’Etat welfare : la bureaucratisation et la mise en tutelle de l’individu » (En quoi croit l’Occident ?), parvenir à concilier l’éradication des principes et effets pervers de l’Etat providence avec l’exigence d’accompagner le libre marché de dispositifs qui en suppriment la brutalité et la clôture pour les moins bien lotis. Il s’agirait de « rendre tout un chacun capable de prendre ses responsabilités et de faire preuve d’initiative pour affirmer sa compétence sur le marché au lieu de se comporter comme un « raté » et de recourir à l’assistance de l’Etat », pour reprendre les termes d’Habermas dans Après l’Etat-nation. Cet étrange narrateur théorique existe-t-il ? Certes, et qui plus est, il ne date pas d’aujourd’hui. A la question « le libéralisme de gauche, combien de divisions ? », il faut même de plus répondre qu’elle ne sont pas intellectuellement insignifiantes puisqu’au sein de la tradition libérale classique, il ne fut pas rare de voir des penseurs à précocement témoigner d’une incontestable sensibilité « de gauche ». A la fin de ses Droits de l’homme, Thomas Paine fut parmi les tous premiers à se soucier de protéger les droits des plus déshérités. Tocqueville, lui, dénonça les aspects aliénants de la division du travail et préconisa d’aider les prolétaires à se constituer une épargne. Et Stuart Mill, dès les dernières pages de De la liberté et plus encore en divers écrits parus peu avant qu’il ne disparaisse s’employa à rendre certaines des critiques et propositions socialistes compatibles avec la logique d’un libéralisme pour tous. A ces premiers libéraux de gauche en ont succédé d’autres au Xxe siècle, en rangs relativement fournis. En France, il faut compter avec le leader radical Yves Guyot (rédacteur en chef du très laissez-fairiste Journal des Economistes…), ou Alain, partisan éclairé d’un libre marché à l’accès démocratisé, et d’une certains façon Raymond Aron, qui a toujours défendu le bien-fondé d’une correction des inégalités sociales par l’action de l’Etat. Dans l’aire anglo-saxonne, Isaïah Berlin et Karl Popper n’ont cessé d’allier leur anti-collectivisme à de vives critiques à l’encontre des injustices entraînées par un laissez-faire intégral. En Allemagne, les thèses « ordo-libérales » de W. Röpke (… membre de la Mont-Pèlerin Society) exposées en particulier dans Une économie humaine : le cadre social du marché libre furent toutes entières orientées vers l’édification d’une économie sociale de marché. A ce recensement qui ne saurait être exhaustif, il faudrait entre autres ajouter les noms d’Ortega Y Gasset, et, en Italie, ceux de Luigi Einaudi et de Norberto Bobbio : preuve, s’il en fallait, qu’à l’instar du libéralisme en général, le libéralisme de gauche est non seulement une réalité « vivante », mais aussi l’œuvre d’un concert européen des nations.

En marge de ce consistant courant de gauche que seuls les esprits sectaires pourraient songer à exclure de la famille libérale, il convient de noter que le discours de plusieurs des libéraux les plus pleinement acquis au laissez-faire manifesta d’évidentes préoccupations de vrai progrès social. Turgot défendit le droit des pauvres de pouvoir librement travailler (et les libéra effectivement de la « corvée »), Adam Smith et Jean-Baptiste Say plaidèrent pour l’instauration d’une instruction publique gratuite à l’intention des travailleurs les plus humbles, et Bastiat, non content de siéger à gauche au Parlement, fut l’initiateur des bourses du travail et appuya de toutes ses forces l’idée des sociétés de secours mutuel…

Loin de se cantonner à un pieux et idéaliste discours, la philosophie sociale du libéralisme de gauche vient d’être pensée, traduite et vulgarisée en termes politiquement concrets par les intellectuels proches des travaillistes anglais – en premier lieu par Anthony Giddens (The Third Way, titre malgré tout problématique…). L’inflexion doctrinale « blairiste » en direction du libre marché et des principes de l’éthique libérale classique est suffisamment flagrante pour avoir révulsé les socialistes français, encore tout imprégnés de culture marxiste et trotskiste. Surtout, cette rhétorique novatrice n’est pas demeurée lettre morte. Si pendant la période thatchérienne, c’étaient Smith et Spencer passant à l’acte, la pratique gouvernementale du « New Labour » de Tony Blair s’inspire directement des préceptes de Stuart Mill et de Karl Popper. Le « New Deal » prôné par le blairisme a ainsi l’ambition de soutenir activement chômeurs et travailleurs modestes sans retomber dans les ornières collectivistes de l’aide sociale inconditionnelle à tout va : au welfare succède le workfare. Tout en créant un salaire minimum en Grande-Bretagne, il propose un nouveau contrat alliant risque et sécurité en vue de développer les atouts concurrentiels (l’employabilité) des individus sur le marché et leurs chances de mobilité sociale. L’idée est en même temps de passer d’une société d’actionnaires (Stakeholding) à une société de partenaires (Shareholding) participant pleinement et équitablement à la dynamique capitaliste. Car ce dispositif ne doit en rien écorner l’économie de libre concurrence : il s’agit de s’en servir au lieu de simplement la servir. C’est pourquoi Tony Blair n’est revenu sur aucun des acquis de la libéralisation thatcherienne (déréglementations, privatisations, réduction de la pression fiscale, mise hors-jeu de la bureaucratie syndicale, …), ce qui lui a valu les foudres du Grand Inquisiteur Bourdieu vitupérant « le social-libéralisme à l’anglaise, ce thatcherisme à peine ravalé » (Contre-feux 2).

Bien que le néo-travaillisme soit aussi sous une certaine influence communautarienne (celle des philosophes Amitaï Etzioni et John Gray), trop d’éléments font au total pencher la balance dans le sens libéral pour que l’on puisse hésiter à convenir qu’il y a bien là un réel libéralisme de gauche. Aussi bien la dure critique de la « culture de dépendance » sécrétée par le welfare State que l’institution d’aides sociales liées à l’obligation de reprendre un travail et de retrouver l’autonomie sont de facture classiquement libérales. Les propos des membres du gouvernement travailliste sont sans ambages : « Le temps des droits automatiques à l’allocation sociale sont révolus. Nous seront durs » (T. Blair), « A partir d’aujourd’hui, on n’aura plus le droit de rester chez soi sans rien faire tout en touchant des allocations » (G. Brown), « Il faut tirer les gens de la pauvreté et de la dépendance pour les conduire vers la dignité et l’indépendance » (Fr. Field), « (L’aide sociale) fonctionne souvent à l’encontre de la nature humaine La culture des allocations doit être changée » (T. Blair). Difficile de se montrer plus résolu à en finir avec le monument historique illibéral de l’Etat providence !

C’est en bonne logique qu’on le constate : le critère libéral décisif de la responsabilité individuelle est devenu le maître-concept orientant l’action du travaillisme post-moderne. « Nous croyons dans la responsabilité des individus de se prendre en charge quand ils le peuvent » affirma T. Blair en décembre 1997. La détermination néo-travailliste à réindividualiser la responsabilité et la rétablir au cœur de la régulation sociale est telle qu’elle a conduit à adopter et appliquer le principe de la « tolérance zéro » face à la délinquance. Selon J. Straw (ministre de l’Intérieur), « Une culture de l’excuse s’est développée dans le système judiciaire pour mineurs. Une excuse de sa propre inefficacité, sous prétexte que (les délinquants) sont victimes de leur environnement social. On les met trop rarement face à leurs responsabilités ». Si l’on ajoute enfin qu’en valorisant l’éthique du travail et la récompense de l’effort personnel, ce travaillisme revu et corrigé s’inscrit effectivement dans la perspective d’un « new individualism », force est de conclure qu’il fraye bien plus la voie 1 bis du libéralisme qu’une vague et ambiguë troisième voie entre individualisme libéral et étatisme collectiviste.

Ce libéralisme de gauche serait-il une exception… anglaise ? Pas le moins du monde. Aux Etats-Unis, l’administration Clinton et les « new democrats » l’ont pratiqué à leur manière en se référant aux mêmes thèmes du passage du welfare au workfare, de la restauration de la responsabilité individuelle et de la tolérance zéro. En Allemagne, les sociaux-démocrates reconvertis en « nouveau centre » affiche désormais des orientations théoriques similaires. Proche de G. Schröder (pour qui « le droit à la paresse » ne doit pas exister en Allemagne…), Bobo Hombach les expose en termes crus : « Celui qui vit de l’aide sociale calcule s’il est rentable pour lui de travailler L’Etat doit encourager l’initiative personnelle. On ne doit pas vivre mieux en étant passif qu’en travaillant. L’aide sociale ne doit pas devenir un mode de vie L’enjeu du XXIe siècle sera de synthétiser intelligemment des solutions de gauche – c’est-à-dire collectives – et libérales, comme la liberté individuelle » (entretien au Monde, 2 décembre 1998). Le chancelier Schröder lui-même enfonce le clou : « le bon choix est celui qui encourage la créativité et les potentialités des individus plutôt que de compter sur une redistribution a posteriori des revenus » (préface à la traduction de The Third Way). Et dans le très remarqué manifeste commun Blair – Schröder de juin 1999, l’accent est vigoureusement mis sur les bienfaits de la « flexibilité », du « sens de l’effort personnel » et de « la responsabilité individuelle ». Du libéralisme pur jus…

A la différence de la tradition libérale classique, le libéralisme de gauche constituerait-il une exclusivité propre à l’Europe (ou l’Amérique) du Nord ? La résistance farouche que lui opposent les socialistes français et l’inexistence d’un courant de pensée de ce type en France peut le laisser supposer : les intellectuels qui ne le rejettent pas d’emblée sont rarissimes [1]. Nouvelle manifestation de l’exception culturelle française percluse dans son étatisme congénitale et des schèmes marxisants qui perdurent, cette situation fait qu’à gauche on accepte au maximum un « socialisme de marché » rendu incohérent par l’attachement à une hyper-redistribution assistancielle et l’aversion pour la responsabilité individuelle ou la liberté contractuelle. Dommage pour la gauche qui y perd l’occasion de s’ouvrir au nouveau monde et de renouer avec certaines de ses valeurs originelles. Et pour le libéralisme, qui y perd celle de se revitaliser dans la pluralité.

Notes

[1] * Par exemple Thierry Leterre dans La Peur libérale de la gauche (Presses de Sciences Po, 2000) et Alain Minc dans www.capitalisme.fr (Grasset, 2000).

I'm a motherfucka redneck, you kna

A lire sur le blog de Romain, un article sur les activistes US de gauche.

On connait bien sûr les célébrités pro-Kerry (Barbra Streisand, Jamie Lee Curtis, Ben Affleck, Leonardo DiCaprio, Jennifer Aniston, Kevin Costner, Meg Ryan, Steven Spielberg ou Warren Beatty, etc). Mais il y a aussi des écrivains, le mouvement Punk voter (voir en parallèle les libertarian punks). Les séries télés façon West Wing.

Il note enfin, et à juste titre,

Hors élection les choix politiques s'affichent aussi facilement, nombre de journalistes sont ouvertement marqués dans leurs opinions comme le trés conservateur Rush Limbaugh.

Certes, mais il y a tout autant de journalistes vedettes du Washington Post ou du NYT, donc liberals, qui tiennent leur blog. J'en ai parlé ici.

Difficile de ne pas reconnaître que le milieu du show-biz et celui des médias sont à 95% en faveur de Kerry. Taranne explique fort bien l'influence des neocons, du 11 septembre et de la guerre ratée en Irak sur cet état de fait.

Je le cite :

Le mouvement anti-Bush prend rapidement de l'importance, dans la mesure où il bénéficie de relais dans les médias majoritairement de gauche, que des républicains à l'ancienne comme John McCain ne se gênent pas non plus pour critiquer l'action présidentielle et que l'après-guerre en Irak (notamment les actes de torture commis dans la prison d'Abu-Ghraib) apporte de l'eau à son moulin. La jonction avec les Democrates classiques ne tarde pas à s'opérer, comme en témoignent l'étoile filante Howard Dean ou certains spots de campagne de John Kerry. La récupération de l'anti-bushisme s'accompagne également d'une surenchère "sociale" bien incarnée dans le discours très "classe contre classe" du candidat à la vice-présidence, John Edwards, et destinée à récupérer les liberals en froid avec le Parti depuis la dérive "droitière" de Clinton.

On peut craindre qu'une victoire de John Kerry, si elle restaure dans un premier temps l'image des Etats-Unis à l'étranger, ne s'avère finalement plus nuisible encore au niveau intérieur. Otage d'un parti fortement gauchi, Kerry devra composer avec ses radicaux tout comme Bush doit composer avec les siens. Or, la dernière chose dont les Etats-Unis aient besoin en ce moment est d'un président trop à gauche - ou trop à droite, d'ailleurs. Le prochain locataire de la Maison-Blanche, s'il veut ne pas être le dernier, devra s'appuyer sur les plus petits dénominateurs communs, quitte à perdre l'appui des "durs" de son parti.

Je doute malheureusement que Badnarik puisse y changer quoi que ce soit.

Couvre-feux

Aux Etats-Unis aussi, se pose la question des arrêtés couvre-feux pour interdire aux ados de traîner dans les rues jusqu'à plus d'heure.

Une fois encore, nous aboutirons à une déresponsabilisation des parents. Au profit de l'autorité publique.

En effet, qu'est-ce qui motive fondamentalement les partisans de l'anti-responsabilité individuelle ?

  • Par les couvre-feux, ils veulent remettre entre les mains du gouvernement un pouvoir paternaliste, non seulement inutile, mais également injuste.
  • Par la pénalisation des parents, pourtant innocents dès lors que leurs enfants sont libres, ils cherchent à nier cette liberté ; ils veulent lui opposer une thèse fausse, selon laquelle les gosses indisciplinés seraient incontrôlables.

Ceci est une nouvelle manifestation de l'érosion de la responsabilité individuelle aux Etats-Unis. Bien sûr, sous couvert de soi-disant "bonnes intentions". Les fumeurs peuvent, s'ils sont victimes du cancer du poumon, attaquer les compagnies de tabac. Les Américains qui mangent régulièrement dans les Fast Foods peuvent diriger des doigts accusateurs à McDonald's et à Wendy's pour leurs problèmes d'obésité ou de coeur. Les tueurs peuvent donc partager leur peine avec les fabricants d'armes, dès lors qu'ils utilisent leur arme non pour l'autodéfense mais pour commettre un meurtre.

Logique, non ?

Les partisans de l'anti-responsabilité individuelle travaillent efficacement pour abaisser l'amour-propre des individus. In fine, cette logique mène quelques gosses à intégrer des gangs, juste pour "devenir quelqu'un". Ils pensent ainsi que des innocents (leurs parents) partageront leur amende, et même que ces derniers seront poursuivis, pour des délits qu'eux seuls, pourtant, ont choisi de commettre.

Nous sommes les vrais rebelles

Les vrais rebelles, ce sont ceux qui s'opposent à la centralisation étatique, au dirigisme autoritaire.

Cliquez ici pour un beau flyer

Europa vs Froggistan

Un excellent post de Taranne sur la position de la France face à la nouvelle commission européenne.

En voici un extrait :

L'initiateur du grand-projet-français-pour-l'Europe, le Très Saint et Très Révéré Charles de Gaulle freina autant qu'il put l'entrée du Royaume-Uni dans le Marché Commun, arguant que ce serait une catastrophe. De fait, la Perfide Albion ne reçut son carton d'invitation qu'en 1973, soit trois ans après la mort du Général, et notre presse ne s'est pas gênée depuis pour fustiger l'"euroscepticisme régnant Outre-Manche, l'insistance de Londres à obtenir des passe-droits pour certaines règles communautaires - notamment fiscales et sociales - ou le refus acharné des Britanniques d'abandonner la Livre Sterling au profit de l'Euro.

Il n'en reste pas moins que, malgré toutes ces tentatives plus ou moins réussies de faire partie de l'Union sans en faire partie, ce n'est pas Londres qui depuis quarante ans modèle l'Europe à sa convenance, avec le secret désir d'en faire une réplique d'elle-même à l'échelle continentale, laissant aux autres le choix fort simple de lui lécher les bottes ou de la boucler. De même que ce n'est pas elle qui pioche régulièrement dans les caisses de l'Union pour renflouer une économie qu'elle n'a ni la volonté ni l'envie de réformer drastiquement. Bref, ce n'est pas la Grande-Bretagne qui torpille l'Europe. C'est bien à nous, et à nous seuls, que revient le mérite de cet exploit.

Punks libertariens

New site For libertatarians

Question authority. Do it yourself. Be an individual.

Not only are these *punk* concepts, they're also *libertarian* concepts.

The goal of libertarianpunk.com is to offer a place for people who believe in questioning authority and thinking for themselves to debate how such ideas should be extended into politics. We personally would like to connect punk rock to libertarianism because we believe the two share common core beliefs. But we're not out to convert everybody to our political ideology or to brainwash you into believing that all "punks" think alike. We're just sick of the absolute stranglehold the media exercises over politics in America and how everything is branded either "liberal" or "conservative." It's either John Kerry or George Bush.

But it's not simply John Kerry and George Bush! There are four candidates who will be on the ballot in a great deal of states: Kerry, Bush, Michael Badnarik, and Ralph Nader.

What, you've never heard of Michael Badnarik? Now you know why we're here.

< 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 >

576 lectures