Le socialisme et le problème des frontières

1. Étendue dans l'espace de la communauté socialiste

La caractéristique de l'ancien socialisme est de prôner le retour à la production très simple d'autrefois. Son idéal est le village autarcique, ou tout au plus le district autarcique : une ville avec quelques villages groupés autour d'elle. Pour les champions de ce socialisme ancien, commerce et relations commerciales sont plutôt antipathiques ; à plus forte raison le commerce extérieur leur apparaît-il comme quelques chose de nuisible et qu'il faut supprimer. Le commerce extérieur, disent-ils, apporte dans le pays des marchandises inutiles, dont on pouvait se passer autrefois. Il est donc prouvé qu'on n'en a pas besoin ; c'est seulement la facilité qu'on eut de se les procurer qui provoqua cette dépense inutile. Ce commerce extérieur pervertit les moeurs et traîne avec lui des usages et des conceptions étrangers. Le cynique et stoïque principe vital de l'autarcie est interprété de bonne heure par les utopistes comme signifiant : se suffire à soi-même économiquement. Plutarque vante la Sparte de Lycurgue, idéalisée de manière romanesque, quand il écrit qu'aucun vaisseau chargé de biens marchands n'entrait dans ses ports [1].

Attachés à cet idéal de l'autarcie économique et méconnaissant le caractère du commerce et des relations commerciales, les utopistes perdent de vue le problème de l'étendue de leur État idéal. Que les frontières de leur pays fabuleux soient vastes ou restreintes ne joue aucun rôle dans leurs raisonnements. Le plus petit village offre assez de place pour la réalisation de leurs plans. C'est ainsi que l'idée se fait jouir de réaliser à titre d'essai l'utopie sur une petite échelle. Owens fonde New-Harmony à Indiana, Cabet au Texas une petite Icarie, Considérant également au Texas un phalanstère modèle, "réduction lilliputienne de la nouvelle Jérusalem", comme il est dit avec mépris dans le Manifeste Communiste.

Peu à peu les socialistes s'aperçurent que l'on ne pouvait prendre comme principe du socialisme l'autarcie d'un espace restreint. Thompson, un élève Owens, fait remarquer que l'égalité entre membres d'une commune ne prouve pas que l'on pourrait mener à bien l'égalité entre membres de différentes communes. Aussi, suite logique de cette observation, son idéal revêt la forme d'un socialisme centralisateur. Saint-Simon et son école étaient nettement centralistes [2]. Pecqueur disait de ses plans de réformes qu'ils étaient nationaux et universels [3].

Ainsi se pose au socialisme un problème particulier. Peut-il y avoir sur cette terre un socialisme limité dans l'espace, ou bien toute la terre habitée doit-elle former une communauté socialiste homogène ?

2. Le problème des frontières physiques de la communauté socialiste et le marxisme

Pour le marxisme il ne peut y avoir qu'une solution de ce problème : la solution oecuménique.

Le marxisme part de ce principe que déjà le capitalisme, par une nécessité interne, a imposé sa marque au monde entier. Le capitalisme n'est pas limité à un peuple ou à quelques peuples. Il est au-dessus des nations, il est cosmopolite. "A la place de l'ancienne simplicité de besoins, à la place de l'isolement local et national, des relations commerciales se sont établies de toute part, rendant toutes les nations dépendantes les unes des autres." Avec les bas prix de ses marchandises — son arme la plus puissante — la bourgeoisie contraint toutes les nations à adopter la manière de produire de la bourgeoisie, si elles ne veulent pas courir à leur ruine. "La bourgeoisie force les nations à introduire chez elles la soi-disant civilisation, c'est-à-dire à s'embourgeoiser. En un mot elle se crée un monde à son image." Et cela est valable non seulement pour la production matérielle, mais aussi pour la production intellectuelle. "Les produits intellectuels des diverses nations deviennent un bien commun à toutes. La partialité et la mesquinerie nationales deviennent de jour en jour plus impossibles, et les nombreuses littératures locales et nationales finissent par former une littérature mondiale" [4].

Il s'ensuit, d'après la conception matérialiste de l'histoire, que le socialisme lui aussi n'est pas un phénomène national, mais international. Il représente une phrase historique de toute l'humanité et non pas d'un seul peuple. La question de savoir si telle ou telle nation est déjà "mûre" pour le socialisme n'a même pas besoin, d'après le marxisme, d'être posée. Le capitalisme rend le monde entier mûr pour le socialisme et non pas seulement un pays isolé, ou même une industrie isolée. Les expropriateurs, dont l'expropriation marquera un jour le dernier pas vers la réalisation du socialisme, l'on ne peut se les représenter autrement que comme de grands capitalistes, dont les capitaux sont placés dans le monde entier. Pour le marxiste les expériences socialistes des utopistes sont aussi stupides que la proposition, évidemment ironique, qu'avait faite Bismarck d'introduire à titre d'essai le socialisme dans un des districts polonais de la Prusse [5]. Le socialisme est une époque historique que l'on ne peut fabriquer artificiellement, à titre d'essai réduit, dans une cornue. Pour le marxisme le problème de l'autarcie d'une communauté socialiste ne peut même pas se poser. La seule communauté socialiste qu'il puisse envisager embrasse toute l'humanité et tout l'univers. La direction économique est unique pour le monde entier.

Les marxistes d'une époque plus récente ont reconnu, il est vrai, que tout au moins pour un temps il fallait envisager l'existence juxtaposée de plusieurs communautés socialistes indépendantes [6]. Si l'on accorde cela, il faut aller jusqu'au bout et considérer le cas où une ou plusieurs communautés socialistes existeraient au milieu d'un monde reposant à peu près partout sur une base capitaliste.

3. Le libéralisme et le problème des frontières

Lorsque Marx et à sa suite la plupart des écrivains socialistes modernes, se représentent la réalisation du socialisme exclusivement sous la forme d'un État socialiste mondial et homogène, ils oublient que de puissantes forces s'opposent à cette génération oecuménique.

D'où provient cette légèreté qui escamote simplement ces problèmes ? Nous ne croyons pas nous tromper en disant qu'elle est la conséquence d'opinions régnant à l'époque de la formation du marxisme sur la contexture politique future du monde, opinions dont rien ne justifiait l'emprunt, ainsi que nous le montrerons plus tard. A cette époque la doctrine libérale se croyait fondée à considérer tous les particularismes régionaux ou étatiques comme la survivance d'un atavisme politique. Le libéralisme avait exposé, d'une manière irréfutable pour tous les temps, sa doctrine sur les effets du protectionnisme et du libre-échange. Il avait montré que tout ce qui entrave les échanges commerciaux tourne au détriment de tous ceux qui y sont intéressés. Il s'était employé avec succès à réduire les fonctions de l'État ne se pose pas. Pour lui l'État n'a d'autre mission que de protéger la vie et la propriété des citoyens contre les assassins et les voleurs. Il est donc de peu d'importance pour le libéralisme que tel ou tel pays fasse ou non partie de "chez nous". Que l'État s'étende plus ou moins dans l'espace semble indifférent à une époque qui abolit les barrières douanières et qui cherche à uniformiser les systèmes juridiques et administratifs des différents États. Vers le milieu du XIXe siècle pour les libéraux les plus optimistes l'idée d'une société des nations, d'un véritable État mondial pouvait sembler réalisable dans un avenir assez proche.

En ce temps-là les libéraux n'avaient pas assez prêté attention au plus grand obstacle qui s'opposait au développement du libre-échange mondial : le problème national. Les socialistes, eux, ne s'aperçoivent pas du tout que pour la société socialiste cet obstacle est encore bien plus important. L'incapacité qui empêche les marxistes d'aller plus loin que Ricardo en matière d'économie politique et leur inintelligence de toutes les questions de politique nationale leur interdit d'entrevoir seulement les problèmes qu'elles soulèvent.

Notes

Ludwig von Mises, ''Socialism''

Notes

[1] Cf. Poehlmann, t. I, pp. 110..., pp. 123...

[2] Cf. Tugan-Baranowsky, Der moderne Sozialismus in seiner geschichtlichen Entwiclung, Dresde, 1908, p. 136.

[3] Cf. Pecqueur, p. 699.

[4] Cf. Marx-Engels, Das kommunistische Manifest, p. 23.

[5] Cf. Bismarck, Discours prononcé à la séance du Reichstag, le 19 février 1878. Fürst Bismarcks Reden, édit. v. Stein, t. VII, p. 34.

[6] Cf. Bauer, Die Nationalitätenfrage und die Sozialdemokratie, Vienne, 1907, p. 519.

Intellectuels et effets pervers

Puisque tout procès doit être instruit à charge et à décharge, j’ajouterai que l’hostilité des intellectuels - de beaucoup d’intellectuels - au libéralisme provient aussi dans une certaine mesure des effets pervers engendrés par l’ordre libéral. Mais l’ironie veut que les mêmes intellectuels qui condamnent l’ordre libéral soient aussi ceux qui en défendent certains des effets pervers. Dans mon livre, j’ai pris un certain et peut-être un malin plaisir à illustrer ce point par une variation sur un thème de Tocqueville : il soutient dans sa seconde Démocratie en Amérique, en s’appuyant sur ses observations américaines, qu’une société où les produits culturels sont des produits de consommation courante soumis à la loi de l’offre et de la demande constitue un terrain favorable au développement de la vulgarité.

Je crois qu’il a raison et j’ai choisi d’évoquer sur ce chapitre le cas de la télé-réalité. J’ai proposé d’analyser ce phénomène comme une réponse novatrice à une demande. Le public aime qu’on lui montre des célébrités. Or les célébrités qui doivent leur succès à leurs mérites et dont les mérites et la personne sont médiatisables sont trop peu nombreuses pour répondre à une demande qui se fait explosive sous l’effet notamment de la multiplication des chaînes de télévision. D’où l’idée de proposer au public des célébrités, celles de Loft story ou de la Starac, dotées de mérites et de talents entièrement virtuels.

Poussant cette ligne de réflexion un peu plus loin, j’ai proposé à titre d’hypothèse qu’on peut analyser les cotes astronomiques atteintes par certains peintres - comme Yves Klein, dont la trouvaille principale a consisté à peindre en bleu des objets quelconques, par exemple les éponges qu’on peut se procurer chez le droguiste du coin - comme résultant d’un excès de la demande sur l’offre d’oeuvres d’art.

Je crois qu’on peut analyser de la même façon la production des syndromes généreusement inventés par la psychiatrie moderne, comme le syndrome de Sissi qui veut que l’allant et la vitalité puissent être des signes de mal-être, voire de dépression. Ces innovations dignes du Dr. Knock sont, me semble-t-il, un effet d’une inflation de la demande de santé et tout simplement de bien-être psychique.

Ces mécanismes pervers seraient sans importance s’il suffisait d’ignorer ces produits douteux. Mais il est bien possible que la loi de Gresham s’applique au cas des produits culturels : que, de même que la mauvaise monnaie chasse la bonne, les oeuvres d’art insignifiantes et les idées fragiles et douteuses chassent les bonnes en en décourageant la production.

On reconnaîtra qu’il serait difficile de lutter contre ces effets pervers, si effets pervers il y a bien, sans mettre en cause des valeurs fondamentales, comme la liberté d’opinion et de création. C’est pourquoi sans doute les intellectuels qui dénoncent les effets indésirables du libéralisme songent rarement à évoquer ce type d’effets.

Raymond Boudon, Rencontre Turgot du 5 mai 2004.

Liberty and Order

I was flipping through my preset radio channels and stopped on NPR to catch the tail end of an analysis of Bush's inaugural speech. One of the commentators (I wish I knew his name) offered a gem that went something like this:

I wish Bush would stop playing the liberty card so much when it comes to Iraq. We've got too much liberty in Iraq; we've got chaos. What we need in Iraq is not more liberty, but order, a word that conservatives used to be comfortable with.'

This is a typical view, and is quite similar to a slick syllogism that one of my conservative college professors once employed in order to (supposedly) refute extreme libertarianism: 'People can't have absolute or total freedom, because if I'm free to kill you, then you're not free to live. Therefore we need a government to restrict some of our natural liberties in order to guarantee a certain range of freedom for everyone.'

In the present article I'd like to explore these views. In the first place, they rest on a fundamental confusion over the definitions of liberty and freedom. But more important, they completely misunderstand the basis for the "spontaneous order" that is modern civilization.

Ambiguous Definitions

Of course, one understands where such conservatives are coming from. They think that people enjoy liberty and freedom to the extent that the government allows them to do certain things without fear of punishment. Therefore, because terrorists are "allowed" to operate in Iraq, the analyst on NPR concluded that Iraqis have too much liberty, and hence the need for Bush to stop pushing liberty and instead demand order.

Yet notice that there is a subtle confusion here. The only sense in which Iraqis are "allowed" to attack US convoys and fire mortars into police stations is that they are in fact doing it—the Iraqi government, as well as the US occupation forces, certainly hold the official position that such behavior is against the law. Moreover, it's not even the case that such terrorist acts, though illegal in a de jure sense, are de factolegal; the military and police forces are certainly not winking at terrorism.

On the contrary, the US and Iraqi personnel will kill you if they catch you in the act of terrorism (and sometimes even if they don't). Thus, if our NPR analyst wants to say that Iraqis have the freedom to engage in terrorism and that the US military needs to revoke such liberties, to be consistent he would also have to say that people in the US currently are free to deal cocaine and kidnap children, and that the government might want to consider revoking such liberties.

Let's consider the argument of my college professor, which also rests on a definitional confusion. Recall that he said the goal of absolute liberty is not only undesirable, but downright contradictory: If Jones is free to kill Smith, then Smith can't at the same time be free to live.

Now this is just silly. Suppose that two people want to join a gang, and so the leader says, "Okay, you two are going to fight and the winner gets in." The two men inquire as to the rules of engagement. The leader responds, "There are no rules; you can do whatever you want. Now fight!"

Notice that in this story, if we were to follow the example of my college professor, the gang leader would have just uttered a nonsensical statement. For clearly each person can't do "whatever you want"; if the first guy wants to knife the other guy, and the other guy doesn't want to start bleeding, then at best only one of them can enjoy the freedom ostensibly promised to them both. The resolution, of course, is that when the gang leader in our story said "you can do whatever you want," he meant that the gang would not intervene to ensure the observance of certain rules during the fight. He did not mean that each person would be able to achieve whatever outcome suited his fancy.

In a perfectly analogous fashion, the government certainly can grant "absolute freedom" to its subjects—it can cease to operate at all. This involves no logical contradiction, so long as we remember not to confuse freedom with power. (My college professor could just as easily have argued that we can't have total freedom because Smith can't have the freedom to travel to Pluto.)

In case my gang analogy isn't convincing, consider a different example: If we adopt terminology such that Smith's freedom to kill Jones impinges on Jones's freedom to live, then we would also have to conclude that US citizens currently lack the freedom to burn a particular copy of The Communist Manifesto. After all, if Smith has the freedom to burn the book in question, then Jones can't also have this freedom; once the book is burned, no one else can burn it. But is this a very useful definition of freedom? Freedom and Property

What then is a better definition for these important terms? I submit that the only sensible route is to link freedom with a widespread respect for property rights. (Notice that this includes one's ownership of his or her body parts, and hence rules out things like murder and rape.)

This approach captures the essence of the classical liberal tradition concerning the rule of law and individualism, while avoiding some of its own ambiguities. (For example, many such scholars define liberty as not being subject to another's arbitrary will, but this definition also flounders if we take it literally.) Of course, equating freedom with respect for property rights doesn't finish the task of the political and legal theorist; we must then define the nature and content of property rights. Nonetheless, I claim that it's the first step to a proper understanding of freedom. Freedom and Order

Finally, we can move beyond matters of definition and consider the discoveries of economists and other social scientists who have appreciated the benefits of freedom: Not only does a widespread respect for property rights appeal to one's intuitive sense of fairness, but it also is indispensable for modern society. That is, if people generally did not refrain from theft and murder, then the division of labor and hence civilization would be impossible. To the extent that a monopoly government infringes on people's property rights (for example in its claimed right to tax), then it necessarily hampers the development of the social bonds and prosperity lauded by pro-Western thinkers.

In the case of Iraq, we see that the prescription of the NPR analyst is precisely backwards: Iraq suffers not from a lack of a violent group imposing their will on a subject population, but rather Iraq suffers precisely because it was originally subject to the "law and order" vision of Saddam Hussein, and now the "law and order" goals of US politicians. Serious thinkers have known for centuries that society is a complex, spontaneous order, which cannot be centrally directed at gunpoint. How long will it take the politicians and pundits to grasp this fact?

Robert P. Murphy, from Mises Institute

1016 lectures