Oonouvelle version !

Une nouvelle version de la suite de productivité libre OpenOffice.org a vu le jour. Disponible en téléchargement, elle améliore de manière très significative la réactivité des applications. Un gain de performances de 23 % dans Calc est par exemple annoncé.

Outre la compatibilité avec les Macintosh dotés d’une puce Intel (toujours via un serveur X), cette mise à jour 2.0.3 offre une meilleure gestion des formats propriétaires Microsoft Office et de l’exportation en PDF. Une notification automatique des mises à jour est également intégrée, à l’image des logiciels Mozilla. Bien entendu, cette version corrige l’ensemble des failles de sécurité répertoriées.

Le projet francophone OpenOffice.Org annonce la tenue d’une conférence internationale à Lyon du 11 au 13 Septembre 2006, dans les locaux de l’INSA.

Piratobeauf

Lisez ceci chez Pankakke :

J'aurais pu faire un commentaire élogieux ; enfin des gens pour la légalisation du P2P mais contre la licence globale. Mais le dernier point de fait aucun doute : c'est bien un parti français.

Petiote publicité gratuite

Sur les conseils avisés de Pankkake, me voici donc passé depuis peu à l'univers Linux, et rien ne dit que je ferais un jour le chemin inverse, tant les distributions me semblent répondre aujourd'hui à la quasi totalité de mes attentes, ce qui n'était pas le cas, jadis, lorsque je m'arrachais les cheveux à coup de Red Hat. J'ai donc opté pour le duo Ubuntu/Kubuntu, qui a le double avantage de provenir de Debian, qui me convient le mieux, et d'offrir la possibilité de permuter l'interface graphique à volonté, entre Gnome et KDE. Du tout bon, en somme.

Kubuntu, la version KDE donc, est de toute bôôôté, et le mot est faible ; l'interface d'Ubuntu, la version Gnome, est plus conviviale. Entre les deux, mon coeur balance.

Mais là n'est pas l'important : ce qui compte, c'est que vous aussi, suppôts que vous êtes, sujets d'un grand monopoleur de Redmond, vous pouvez très facilement franchir à votre tour le rubicon, et rejoindre le monde libre. A la manière de Knoopix, Ubuntu/kubuntu sont à présent disponibles en liveCD ; vous pouvez donc tester sans aucun risque ni danger. Et si ça vous convient, ce dont je ne doute pas, un ptit clic et vous l'installez, aux côtés de Windblows qui du coup entrera dans un long sommeil ; non, une hibernation, comme on dit ici.

Add to Google

Add to Google

Suicide girls video podcast

Vous connaissez mes penchants gothico-fétichistes. Afin de les assouvrir, si vous les partagez, vous pouvez vous rendre sur le site bien connu des Suicide Girls, et vous abonner au podcast vidéo, qui vous permettra de télécharger les derniers sympathiques et néanmoins charmants clips en ligne.

(et vive l'ipod, soit dit en passant)

Je vous conseille, grâce à Google encore une fois

Google a son propre lecteur de flux RSS, que peut être vous connaissez, Google Reader. Il offre la possibilité, bien pratique, de noter les meilleurs billets piochés sur le web, et issus de blogs ou de sites auxquels on est abonné. Fort bien.

Mais Google Reader permet aussi de partager ses meilleurs billets, et c'est ce que je vous propose dans la rubrique intitulée sobrement "je vous conseille", et située dans le menu de gauche, sous la radio obscure et les copeaulations. Puissiez-vous en faire bon usage. :)

Et si certains l'ignoraient, voici Google Calendar.

Blogeoisie vs. Copeau

Alors que le Monde définit et intrônise les 15 blogs leaders d'opinion en France, dont (tiens, comme c'est étrange ?) je ne fais pas partie, j'en profite pour préciser qu'au final, l'affluence moyenne du blog sur lequel vous naviguez en ce moment n'a pas tant à rougir que cela de la comparaison avec quelques étoiles de la blogeoisie. qui péniblement dépassent les 1000 visiteurs par jour.

Sur copeau.org, la moyenne se situe aux alentour de 850-900 visiteurs par jour, et le score dépasse la barre des 1000 au moins une fois par semaine. Je trouve que je n'ai pas de quoi rougir, et cela suffit à mon bonheur ;).

Libertalia

Libertalia est le nom d'une cité pirate inventée par Defoe. C'est aussi le nom d'un nouveau blog que je vous invite à découvrir ici. On y découvre que les pirates étaient des entrepreneurs au business-plan élaboré, par opposition aux corsaires.

On sait désormais qu’il existait des implantations pirates comme celle Sainte Marie, une petite île au large de Madagascar. Mais la base de l’organisation des pirates ne reposait pas sur ces havres mais sur les navires. Chaque bâtiment était, pour ainsi dire, une entreprise. Chaque pirate signait un contrat (parfois de force pour certains prisonniers) sur lequel était décrit l’organisation du navire. Les règles pouvaient ainsi varier d’un groupe à l’autre.

Comme l'écrit l'auteur,

Qu’est ce qui motivait ces pirates ? La soif de richesses bien entendu mais également la liberté. Cette dernière ne doit en rien être minorée par rapport aux autres motivations des futurs pirates. Certains esclaves l’ont retrouvé grâce à la piraterie. Ces hommes quittèrent la terre ferme où régnaient les lois étatiques pour naviguer librement sur les océans.

A lire ici

La guerre des croûtons

Je n'ai jamais suivi les ébats mirifiques dans lesquels se sont vautrés les éminents forumeurs de ma numérique connaissance, lesquels sont d'ailleurs parfois aussi d'éminents bloggueurs, et pourtant, Dieu sait si Fab a tenté à moultes reprises de m'y initier. Pour autant, je ne peux m'empêcher de me marrer à la lecture de ceci, non que ça me regarde, mais tout simplement parce que Harald et Taranne sont deux excellents confrères numériques, et qu'à ce titre, je me permets de les saluer. Si, comme il le semblerait, derrière l'un d'entre-eux Controvertia se cache, je double mon salut et paye ma tournée.

Nouveau logo

Merci à un illustre inconnu, qui m'a envoyé un fan-logo au style très eskoïen, même si je ne vois pas bien pourquoi ce dernier m'aurait envoyé un mail anonyme.

Afin de vous en faire toutes et tous profiter, je l'ai inséré en logo du blog. Si vous ne le voyez pas, il suffit que vous raffraichissiez votre navigateur.

Je le trouve très bien. Encore merci !

Sous les verrues

Grâce à Libérez-moi !, nouveau blog que peut-être je vous fais découvrir, on apprend que la police suisse vient d'arrêter l'administrateur des serveurs de Razorback, en concertation avec les autorités belges, les serveurs étant physiquement situés près de Bruxelles.

Pour celles et ceux qui ne connaîtraient pas Razorback, disons simplement qu'il s'agit d'un des plus gros réseaux d'échanges P2P de fichiers sur le net.

Evidemment, Le serveur "Razorback2" est désormais hors de fonction. Ce qui réjouit la MPAA (l'association du cinéma américain qui défend les intérêts des grands studios de Hollywood notamment contre le peer to peer).

Comme l'ajoute Libérez-moi,

même si l'industrie musicale et cinématographique a remporté une bataille de plus, le démantèlement de serveurs entraîne systématiquement la migration des utilisateurs vers d'autres serveurs, ce qui laisse présager une vie encore très longue et mouvementée pour le P2P.

Par contre, ce qui est beaucoup plus inquiétant, c'est que l'administrateur de razorback2 est aujourd'hui en prison. Et oui, ben laden est en liberté, le dépeceur de Mons et l’assassin du petit Gregory aussi, mais par contre, l'administrateur de razorback, grand défenseur de la diffusion massive de culture dans le monde, est derrière les barreaux.

Afin de comprendre le point de vue de tous ceux qui s'opposent à la notion fallacieuse de propriété intellectuelle, je vous invite à lire les autres articles dudit blog consacrés à ce thème, ainsi bien évidemment que le wiki.

Re-animator

Tiens, le Dissident Frogman revit, ce qui ne lasse pas de me surprendre. Bien que ne partageant pas toujours son zékisme mâtiné de GI-Joe, je salue le vieux camarade de blogosphère, et lui souhaite bon courage pour ce redémarrage.

Par ailleurs, c'est quelqu'un doté d'un solide bon goût, pour au moins deux raisons : la première, l'iconographie excellente qu'il déploie ; la seconde, le lien qu'il a inscrit vers le désormais célèbre wikibéral.

Bien à toi, camarade.

< 1 2 3 4 >

581 lectures