Re-animator

Tiens, le Dissident Frogman revit, ce qui ne lasse pas de me surprendre. Bien que ne partageant pas toujours son zékisme mâtiné de GI-Joe, je salue le vieux camarade de blogosphère, et lui souhaite bon courage pour ce redémarrage.

Par ailleurs, c'est quelqu'un doté d'un solide bon goût, pour au moins deux raisons : la première, l'iconographie excellente qu'il déploie ; la seconde, le lien qu'il a inscrit vers le désormais célèbre wikibéral.

Bien à toi, camarade.

Liberté, encore et toujours

Tout le monde sait à présent ce qu'il est arrivé au blog de Garfieldd, que je ne connaissais pas pour ma part. Il est archivé ici.

Loin du fond de l'affaire, car j'ignore la nature des éléments pornographiques ou des préférences sexuelles de ce blog et de son auteur, bien que je sois très très sceptique, il me semble que celle-ci est le reflet d'un décalage immense entre l'administration et l'évolution sociale. Comme l'écrit très bien Cyril :

Le décalage paraît immense entre une administration "choquée" et un blog publié sous un pseudonyme par un fonctionnaire qui n'y a jamais précisé dans quel établissement il travaillait. Ne voit-on pas que pour un Garfieldd qu'on pense avoir démasqué, il existe, en France ou ailleurs, des centaines de fonctionnaires qui s'expriment sur des blogs ? Ne comprend-on pas que ce mouvement est non seulement inéluctable, mais qu'il est résolument engagé ? Ne peut-on admettre que, tant qu'il demeure dans la légalité, l'individu prime sur la fonction qu'il exerce ? Que le blog n'est qu'un simple outil pour s'exprimer à titre individuel, sans représenter une quelconque institution, a fortiori s'il le fait de façon anonyme ?

Car, qu'on ne se trompe pas de combat, le caractère choquant de la révocation ne provient pas des préférences sexuelles de l'auteur du blog. C'est de liberté d'expression dont il s'agit. De respect de l'individu, de censure, de droit à l'anonymat, aussi. De liberté tout court, en somme.

En tant que fonctionnaire, je mesure les risques que je prends également. Je dois en tenir compte, pour l'avenir de ce blog. Cela étant, si personne ne fait front, jamais les choses ne changeront. Il faut pourtant que chacun prenne conscience de ce qui est en train de se passer sur le net en ce moment.

Evidemment, je me joins à la lettre de l'ami Eolas, disponible sous licence Creative commons et donc reproductible à l'infini.

EDIT : lire ici, le recours gracieux accepté par le ministre.

vous voulez talker ?

Juste un mot pour vous dire que j'utilise fréquemment Google talk, pour qui veut me rejoindre et dialoguer, même brièvement, mon adresse est celle de mon mail : copeau at gmail.com

D'autant plus que GoogleTalk devient inter-opérable, y compris pour les logiciels de messagerie instantanée les plus courants.

652 lectures