Casanova de Monoprix

Je ne veux pas faire mon Casanova de Monoprix. Toutefois, je ne puis m'empêcher de m'identifier à Evoweb lorsqu'il écrit, en réponse à cette citation de Jacques de Guénin :

Contrairement au libertaire ou au libertin, le libéral a une forte morale individuelle qui lui fait rechercher autant la liberté des autres que la sienne propre. "Savez-vous vraiment ce qu'est le libéralisme?" par Jacques de Guenin, QL #143, 15 juin 2004

la réaction suivante :

Plutôt que libéral, je me serais en effet défini comme libertin, et je ne pensais pas que cela me serait reproché un jour. Les clubs échangistes, le Cap d'Agde et plein d'autres endroits de débauche m'ont laissé des souvenirs plus qu'agréables, et si je n'avais pas vieilli et ne m'étais pas marié, il est plus que probable que je continuerais à les fréquenter sans la moindre culpabilité et avec un grand plaisir. J'apprends maintenant que c'est mal. Pire, j'ai même tendance à penser que les rapports sexuels entre adultes consentants relèvent de la liberté individuelle. Comment ai-je pu ne pas comprendre qu'il ne s'agit là que du signe évident d'une très faible morale individuelle ?

Me voilà donc du coté du mal absolu, Jacques de Guenin me l'a appris cette nuit. Ma morale personnelle (une sorte de Tit For Tat Renforcé) est finalement très faible, et je ne fais qu'entraver les autres en ne décidant pas de leur vie sexuelle.

Si je vous dis que je soutiens Evoweb à 100%, je ne vous surprendrai sans doute pas.

Mais le débat ne s'est pas arrêté là. Martin Masse, du Québécois Libre, s'est fendu d'une réponse. Comme j'ignore autant qu'Evoweb ce que Jacques pouvait avoir en tête, je me tiens à ses écrits, pour le moins clairs et tranchants. Et nettement différents de l'interprétation de Martin. Evoweb en a profité pour rebondir sur la position de Martin, position qu'il juge auto-contradictoire comme toute position multiculturelle. Comme il l'écrit fort justement,

L'un des objectifs premiers de la morale est d'aider à réaliser ses objectifs reproductifs (augmenter son propre fitness) et pour cela tous les moyens sont bons. Or l'efficacité de certaines stratégies dépend directement des stratégies suivies par les autres : un libertin peut considérer que la compétition ouverte lui suffit, alors qu'un puritain peut considérer qu'il lui faut limiter la compétition en imposant sa morale aux autres.

et plus loin :

Maintenant un libertarien, qui dit vouloir respecter la liberté de chacun à la condition qu'elle n'empiète pas sur celle des autres, peut-il considérer avec la même indifférence l'attitude de quelqu'un qui cherche à vivre sa vie et celle d'un autre qui cherche à imposer son mode de vie ? Non, bien sûr. Et quand Martin Masse écrit, juste à la suite du passage précédemment cité :

>Les libertariens défendent par exemple aussi bien le droit des libertins de vivre dans la débauche que celui des fondamentalistes religieux d'éduquer leurs enfants selon leurs croyances très strictes.

>http://www.quebecoislibre.org/philo1.htm

il faut comprendre que ces fondamentalistes n'auront pas le droit d'appliquer entièrement leur morale, puisque celle-ci s'oppose aux principes du libertarianisme.

Je trouve que nombre de libertariens ne soulèvent pas cette ambigüité. Ce qui me semble relativement gênant, car elle ne va pas sans dire.

Iconographie

Un grand merci à DeviantArt, à l'origine de la plupart des visuels de ce blog.

Les autres - à quelques exceptions près - sont des créations originales de ma part.

Je sais ce que vous allez dire : "le style est provocateur et malsain", c'est bien ça ?

Devinez quoi ?

Non, vous ne voyez pas ?

C'est volontaire !

874 lectures