Copeau reloaded 1 - Wordpress

Comme je l'indiquais avant-hier, je teste actuellement une évolution de la plate-forme de blog. Je suis, à vrai dire, très déçu tant de WordPress 2 que de DotClear 2, qui me semble des usines à gaz incroyables (installer un plug-in relève parfois de l'extrême bravitude, si j'ose dire).

Toutefois, si vous voulez avoir une idée grandeur nature, de la version WordPress pour l'instant, cliquez ici. Tous les commentaires, toutes les critiques, sont les bienvenues, évidemment.

Evolution ?

Je teste actuellement une évolution de la plate-forme de blog que j'utilise, qui est encore un Dotclear 1.2. Ceci explique pourquoi mes billets se font rares en ce moment.

Toutefois, je ne suis pas sûr de franchir le Rubicon : même si je n'ai pas aujourd'hui de gestion de tags, encore moins de taxonomie, même si la fonction archives est tout à fait rudimentaire, et je ne parle même pas de l'absence d'éditeur WYSIWYG dans l'interface d'administration, je resterai peut-être en Dotclear 1.2. Le transfert sous Dotclear 2 ou sous Wordpress (les deux plate-formes que je teste) est extrêmement merdique et bourré de défauts. Je n'ai pas envie de m'y épuiser.

Promis, plus d'activité ici dans quelques jours.

Aristophane Triboulet is back

Je l'ignorais, mais l'ami Arist-éroto-phane Triboulet, le fonctionnaire libertarien, est de retour. Je lui souhaite donc tous mes voeux de réussite dans sa nouvelle entreprise.

Le Google public est mort-né

L'Allemagne se retire de Quaero, le moteur de recherche franco-allemand. D'ici une quinzaine d'années, il y aura peut-être en France un moteur de recherche public, proche de l'interface d'Alta Vista version 1, et que personne n'utilisera. N'importe quoi. Les Allemands ont enfin recouvré la vue ; qu'en sera-t-il des Français ?

L'Etat et votre liberté

Charmants

j'aime ces charmants commentaires ; ils me donnent envie de suggérer à mes détracteurs qu'ils sont libre d'aller se faire foutre sur l'ensemble de la blogosphère, et que si leur cornée se fatigue en parcourant mon blog, ils peuvent - mieux, ils doivent ! - tout à fait s'en passer.

Pour être tout à fait honnête, je reconnais volontiers que ma réflexion ne fait pas toujours, et ce n'est rien de le dire, montre d'une profondeur extraordinaire ; j'ai tendance à être plus tâcheron que philosophe, et souvent je n'apporte rien à ce qui a déjà été écrit ou dit par ailleurs. Pour autant, si mes propos intéressent, ne serait-ce qu'une seule personne, alors je n'aurai pas fait cela pour rien.

Quant aux menaces proférées par des admirateurs des grands bouchers du XXe siècle, ceux qui font passer les nazis pour de modestes humanistes provinciaux, laissez-moi rigoler.

Se faire rembourser Windows ?

Cela semble possible à présent, à en croire ceci.

Ranking

Si j'en crois ce site, l'humble blog de votre modeste serviteur tournerait, en moyenne, aux environs de la centième place des "blogs politiques" (qualification que je rejette frontalement, au passage). C'est un résultat à la fois surprenant (je n'aurais jamais cru être si haut) et un peu inquiétant, tant d'autres blogs, de grande tenue, n'apparaissent pas dans cette liste, du moins à des positions honorables.

Pire encore, hormis Alternative libérale (56e) et ExtrêmeCentre (28e), ce dernier site étant très particulier (pardon Jugurta, j'accroche très peu), il n'y a quasiment aucun défenseur des valeurs de la liberté parmi les blogs les plus fréquentés. Sauf à prendre le grand angle plutôt que le téléobjectif, et d'évoquer notamment ceux de DSK, ou de Devedjian. Pourquoi pas, mais vous savez ce que j'en pense : le libéralisme n'est pas politique, il est moral et philosophique.

Ceci devrait vous en convaincre.

police numérique

Le Forum des droits sur internet (FDI) vient de publier ses recommandations, dans l'optique de la campagne présidentielle qui débute. En Grèce, un forum mondial se réunit en ce moment même. J'ai beaucoup de respect pour la première instance, qui après tout, issue du monde associatif, vaut bien mieux qu'un quelconque comité Théodule étatique.

ça ne l'empêche pas de faire des recommandations stupides. Passons sur les plus loufoques, comme celle qui consisterait à inclure dans les comptes de campagne des candidats les coûts des blogs ou sites qui entretiennent des "relations étroites" avec tel ou tel candidat. Attendu que sur internet tout ou presque est gratuit, de l'hébergement au temps passé à administrer un site, cela semble pour le moins... difficile à mettre en oeuvre.

Je ne citerai pas non plus le cas des vidéos associées, que tout un chacun peut mettre en ligne, et pour lesquelles le CSA s'est fort justement déclaré incompétent. Qu'à la rigueur la CNIL encadre la prospective politique par mail, et partant les spams politiques, passe encore, mais c'est bien le maximum.

Le FDI propose a contrario d'aller plus loin. Parmi ses autres recommandations, on trouve l'application plus ou moins fidèle des règles du code électoral. Les partis devront par exemple interdire les dons financiers en ligne en dehors des périodes électorales et s’assurer qu’ils proviennent de « personnes physiques ».

Au-delà, le FDI propose de mettre fin aux bandeaux publicitaires ou aux liens sponsorisés. De proscrire l'usage sauvage de mots-clés « qui portent atteinte aux droits des tiers ». Dans le premier cas, je ne vois pas très bien pourquoi il faudrait légiférer ou intervenir. Dans le second, les règles de code civil sont bine suffisantes, sans qu'il faille aller au-delà. L'idée qui consiste à règlementer un univers libre et spontané, voire auto-régulé, comme le net, est une idée stupide et néfaste. C'est le rêve de tous les gouvernements totalitaires. Pas le mien.

On se gargarisait il y a quelques années de l'absence de fiabilité de l'information sur internet, qui était démultiplée et souvent contradictoire. Or, quelques années plus tard, on voit bien que le système s'est régulé seul, car les internautes, par leur surf et l'expérience acquise, ont de fait accordé une crédibilité plus ou moins grande à tel ou tel site, tel ou tel blog. Etait-il nécessaire, et même bénéfique, de procéder à une intervention publique ? bien sûr que non, et il en est de même pour la communication politique.

Enfin, internet n'est pas qu'un espace de liberté. C'est aussi un espace de communication et d'échange. Afficher son opinion sur tel ou tel candidat, c'est aussi engager un dialogue avec d'autres internautes, du même avis ou d'un avis opposé. De la même manière qu'on le ferait autour d'un zinc, dans un repas de famille ou entre amis. C'est à mon sens très exactement ce principe même d'un échange non régulé, non soumis à autorisation préalable, et qui du coup échappe totalement à l'emprise des hommes de l'Etat mais aussi à celle des grands couturiers du prêt-à-penser, qui constitue le plus grand danger pour les censeurs de tout poil. Et c'est le fondement même de leur combat.

Les pingouins se déchaînent

d Un intéressant article, quoique communisant, est à lire ici. Il date un peu, mais fait le point sur l'ensemble des problématiques liées aux logiciels libres et au monde linux. Les dernières pages sont les plus intéressantes, car elles opposent deux conceptions de la liberté logicielle : celle des libertariens, partisans d'un monde décentralisé, communautaire et associatif, et celle des marxistes, pour qui le libre n'est que la continuation de la lutte des classes par d'autres moyens, ou plutôt la condition de libération du prolétariat exploité. Ne cachant pas ses sympathiques gauchistes, l'auteur n'en a pas moins écrit un des meilleurs textes que j'ai pu lire sur la question.

Internet explorer

Je remarque à l'occasion qu'il y a des bugs non négligeables d'affichage de ce blog avec Internet explorer. A cela, j'ai enfin trouvé la solution !

Changez de navigateur.

Un PC à 300 $

Encore une fois, il faut alors dire merci à Linux.

1 2 3 4 >

1416 lectures