Voici bien longtemps que je ne vous avais gratifié d'une copeaulation. Mon erreur est, je l'espère, en partie réparée par la sortie de ce cinquième opus. Fidèle à mon habitude de mélanger les genres, le bon et le (moins bon) goût, les époques, mais tout de même autour d'une colonne vertébrale que vous devez commencer à deviner à présent, j'ai choisi pour cette nouvelle copeaulation une optique résolument triste et mélancolique, comme peut l'être un mois d'hiver.

Je préfère ne pas en dire plus, libre à vous de l'écouter en cliquant sur le lien disponible dans la colonne de gauche.