Le projet de loi instituant le « droit opposable au logement » est en cours d’examen par les sénateurs. Le texte prévoit que l’Etat garantira la

mise en œuvre » de ce principe « à toute personne qui, résidant sur le territoire français de façon régulière (…), n’est pas en mesure d’accéder (à une habitation) par ses propres moyens ou de s’y maintenir.

Les dispositions adoptées précisent également la composition et les compétences de la « commission de médiation », qui sera chargée d’examiner la situation des ménages sans domicile, mal logés ou dont la demande d’HLM n’a pas abouti après un délai « anormalement long ». Si leur cas est jugé prioritaire, le préfet sera tenu de leur proposer un logement. Faute de quoi, le juge administratif pourra être saisi et ordonner leur relogement sous astreinte.

On vit vraiment dans le pays d’Ubu : alors que la règlementation sur les loyers est la cause unique de la tragédie que vivent ceux qui dorment dans la rue, au lieu de l’abroger, on crée un comité Théodule chargé de régler le problème. Voici donc ce qui va se passer : les SDF d’aujourd’hui seront, du moins pour la majorité d’entre eux, logés demain. Leur dossier deviendra prioritaire auprès des instances d’attribution des logements HLM. L’Etat (et plus encore, vraisemblablement, les collectivités locales payeront la facture que le SDF ne paiera pas). Autrement dit, les contribuables. Cet aspect, en soi, ne me gêne pas, il est légitime que la solidarité profite aux plus faibles.

Seulement voilà : une telle mesure, inutile au regard de la réglementation néfaste qui préside à la question du logement en France, a la particularité, comme toute mesure étatique, d’engendrer des effets pervers. Etudions-les un instant.

Il y a en France, dans la majorité des grands centres urbains, environ 1 logement HLM pour40 à 100 demandes. A l’instar des bons d’alimentation dans les pays de l’Est, j’affirme que c'est l’Etat, et l’Etat seul, qui est à l’origine de cette situation, car il a créé un entonnoir de l’offre alors que la demande, elle, n’a aucune raison d’être faible. A priori, tout le monde a vocation à habiter dans le logement le moins cher possible, au regard d’un niveau de prestation donné.

Par conséquent, si demain les SDF sont prioritaires, ils le seront au détriment des autres demandeurs de logement HLM.

Lesquels sont les foyers modestes qui travaillent au SMIC et ont du mal à joindre les deux bouts.

Que va-t-il leur arriver ?

Certains iront habiter encore plus loin en banlieue, ce qui en terme de développement durable, de politique de l’habitat et des transports est une hérésie.

D’autres connaîtront la paupérisation : ils travailleront, certes, mais incapables d’accéder au locatif privé, ni, grâce au logement opposable, au locatif social, ils iront dormir… dans la rue.

De ce fait, ils deviendront prioritaires à leur tour, mais, comme tous les logements auront déjà été occupés par les plus anciens SDF, ils resteront dans la rue.

Belle réforme, bel humanisme, vive la France.

Et lisez ceci