Dommages politiques

Parfois ce sont même les données de fait qui ne sont plus respectés : aux États-Unis, les textes de Shakespeare ou de Dickens sont parfois amputés, pour ne pas heurter la sensibilité des lecteurs.

Le relativisme, par les confusions qu'il entraîne, dévalorise le sens critique, entrave la compréhension du passé et des cultures étrangères, favorise la démagogie. Le politique ne cherche plus à convaincre l'électeur, mais se concentre au contraire sur son image et sur sa communication.

il entraîne des confusions intellectuelles : c'est par exemple le cas avec la confusion entre égalité et équité. Or on sait depuis Aristote que les inégalités ne sont pas forcément inéquitables. Or, par le relativisme on feint de croire le contraire, que toute inégalité est inéquitable. Ce qui a des conséquences en terme de choix politiques : on ne devrait chercher à résorber que les inégalités injustes, et à aider les plus faibles, mais certainement pas les inégalités globales.

C'est la même chose pour le culte de l'assistance comme seul remède au sous-emploi.

C'est encore vrai dans le domaine culturel : il y a un véritable académisme de l'avant-garde, on pourrait presque parler de « biodiversité culturelle ».

Enfin, le relativisme atteint la science elle-même : on oppose de plus en plus à présent la théorie néo-darwinienne de l'évolution, malgré ses multiples confirmations, à la théorie du dessein intelligent. Du reste, c'est la notion même de progrès qui se marie très mal avec le relativisme.

Contre le sens commun

contrairement à ce que l'on pourrait imaginer, le relativisme est plutôt le fait des intellectuels que du public. Le système de valeur des individus est bien plus structuré qu'on le croit généralement.

Ceci n'empêche pas qu'un processus de rationalisation des valeurs est en cours actuellement. Les jeunes générations acceptent bien mois qu'auparavant une valeur issue de la tradition, et exige plus fréquemment qu'elle soit fondée en raison (exemple de l'autorité, de la morale).

Ceci est fort éloigné du relativisme, qui postule que les individus se contentent d'entériner les valeurs qui leur sont inculquées dans leur enfance, ou qui veut que ce choix soit purement irrationnel.

Même en matière artistique, ce processus de rationalisation des valeurs conteste la thèse relativiste selon laquelle tout se vaut en art. C'est au niveau des élites culturelles qu'on trouve ce genre de discours.

Utilité des conceptions relativistes ?

le relativisme cognitif argue du fait qu'il y a des discussions entre scientifiques sur le court terme, que les notions d'objectivité et de vérité sont des leurres. Or, ce qui est vrai sur le court terme ne l'est pas forcément sur le long : on a bien débattu de la forme de la terre au XVIe siècle, ce n'est plus le cas de nos jours. Le relativiste considère même que la variation des mœurs d'une culture à l'autre ne saurait être autre chose que le reflet de « l'arbitraire culturel ». Le relativiste oublie donc que les normes et les valeurs s'expliquent par des raisons, qui, elles, ont un caractère universel.

le relativisme moral est fondé sur les mêmes erreurs de raisonnement : là encore, si on ne peut pas tirer un raisonnement général d'une observation particulière, il n'empêche que les règles morales sont fondées sur des raisons objectives.

le relativisme artistique, enfin, est également source de confusions : malgré Duchamp et son urinoir, la critique artistique a longuement disserté sur les critères permettant de considérer qu'une œuvre est une œuvre d'art.

Comment expliquer que les contre-vérités du relativisme aient fini par s'insinuer dans beaucoup d'esprits ? De deux manière complémentaires : en suivant Tocqueville, parce qu'on est tenu dans les sociétés modernes de considérer comme également respectables des opinions incompatibles ; en suivant Pareto, parce que le relativisme est certes faux mais utile :

  • confondre égalité et équité, c'est légitimer certaines revendications, car on est plus sensible à une demande faite au nom de l'équité qu'à une demande faite au nom de l'égalité
  • déclarer toutes les cultures égales, c'est ménager la susceptibilité de ceux qui sont issus de cultures étrangères
  • déclasser la catégorie de l'universel, c'est faciliter les relations avec les non-Occidentaux
  • soutenir que la science est une interprétation du monde parmi d'autres, c'est limiter le pouvoir de la science

Pour une sélection rationnelle des idées

On peut balayer le relativisme en se basant sur Tocqueville, Durkheim ou Weber. L'histoire occidentale procède à une sélection rationnelle des idées, certes par en laboratoire, mais sur la place publique. Si rien ne permet d'affirmer l'automaticité de l'inscription des idées justes dans le réel, les effets de cette sélection apparaissent facilement sur le long terme (exemple : le suffrage universel).

Cet évolutionnisme affirme donc, contre le relativisme, qu'il y a dans l'histoire des idées un irrécusable progrès moral. C'est le cas de l'égale dignité de tous, de la tolérance, des droits politiques, puis sociaux et économiques.

C'est vrai également de la conception du pouvoir politique : le principe de la séparation des pouvoirs a été expérimenté, justifié, sélectionné, installé et n'est plus contesté. Il est est de même de la séparation des pouvoirs spirituels et temporels.

Ce processus continue de nos jours : une justice internationale commence à s'esquisser. Les sanctions pénales se radoucissent, car, comme le disait Tocqueville, l'égalité de tous a une influence sur la « sensibilité politique ».

Changement de direction ?

En liquidant les grandes théories du progrès (Spencer, Marx, Comte), le relativisme a jeté le bébé avec l'eau du bain. La disparition de ces idéologies n'entraîne pas la disqualification de la notion de progrès elle-même.

Mais, comme le progrès résulte de l'action des hommes, il doit être entièrement détaché de tout déterminisme historique.

Le rôle du politique, essentiel, est précisément de neutraliser les forces historiques qui viennent contrecarrer la sélection rationnelle des idées.

Soyons optimistes : si les sciences humaines ont copieusement alimenté le relativisme ces dernières décennies, un changement de cap est en cours. Le relativisme sera bien obligé de s'incliner devant la réalité.

Pourquoi le relativisme est plutôt le fait des intellectuels ?

  • ces derniers sont soumis à une « contrainte de rôle » : ils ont une contrainte forte d'exigence, mais ils sombrent parfois carrément dans l'esprit de système
  • les intellectuels voient souvent leur fonction première comme celle de la critique sociale, et non de la compréhension de la société
  • la sanction des idées par la réalité n'intervient que dans le long terme
  • le conformisme intellectuel est une stratégie rentable en termes de coûts-bénéfices