Je signale assez rarement, et à tort, les textes qui pourtant le mériterait, non pas glanés ici ou là sur internet, mais issus d'un support écrit. Une fois n'est pas coutume, je voudrais revenir un bref instant sur un article issu de la dernière livraison de la revue Commentaire, rédigé par Françoise Thom, grande spécialiste de la Russie et pas soviéto-attardée comme Hélène Carrère d'Encausse, et intitulé "la naissance de l'énergocratie russe". Article fondamental et didactique, dans la mesure où il explique et expose le plus clairement du monde la stratégie jadis décrite par Murray Rothbard d'alliance objective entre grande entreprise monopolistique, et peu importe qu'elle soit publique ou privée, d'ailleurs Gazprom a été les deux, et le pouvoir étatique. Cette société, qui est à la concurrence loyale ce que le KGB était à la transparence, mène une action prédatrice des plus dangereuses, et s'appuie sur la force politique russe, déployée en ce moment même à l'occasion du G8 de Saint-Pétersbourg, pour tuer dans l'oeuf toute dissidence interne, et même toute remontrance d'un gouvernement occidental.

Je suis trop sérieux ce soir. Il faut donc appliquer les mesure contre-offensives standard. Prochain billet consacré à, disons, Laure Sinclair. Au pif. Ou presque, car finalement ça fait un moment que je n'ai pas dit du mal d'une charmante donzelle. En une phrase, Laure est un peu l'Audrey Tautou du porno. Enfin moi je dis ça, je dis rien.

Ouste là, vaillant vigile !