Sur un PC, comme d'ailleurs sur un Mac, il existe indubitablement une pièce maîtresse, sans laquelle rien ne peut fonctionner. Fort à propos, celle-ci s'est baptisée carte mère, comme on parle de reine chez les abeilles. La mienne (de carte-mémère, pas de reine) a décidé de me jouer un tour pendable. C'est la raison pour laquelle il se peut que, bien malgré moi (comme on disait en 1914) je me tienne éloigné de ce blog durant le temps qu'il faudra à nos G.R. (gentils réparateurs) pour procéder à l'échange standard de ladite carte-mémère.

Il s'agit probablement d'un complot collectiviste, ourdi par les méchants japoniais, tendance yakuzas.

Portez-vous bien, en attendant. Et comme de fait je n'userai pas trop votre temps précieux, vous n'aurez aucune excuse à ne pas lire ceci.