Lorsqu'une nouvelle année débute, et je peux le rappeler puisque nous sommes encore en janvier, il est de coutume de procéder à une top list de l'année précédente, de ce qu'on a le plus apprécié, ou au contraire détesté, en N-1. Pour autant, c'est plutôt vers l'avenir que nous allons regarder, vers cette année 2006 qui s'annonce d'ores et déjà riche en entraves plus ou moins ubuesques à toute forme de liberté. C'est pourquoi, dans le cadre de nos animations des quartiers sensibles, subventionnées par les crédits du Fonds social européen, du Fonds d'initiative locale, du Fonds d'intervention en faveur des quartiers défavorisés, du Fonds de protection du littoral, agrémentées, dans le cadre de la politique de la ville, par des crédits liés à la dotation de solidarité urbaine, couplée à la prime pour zone urbaine sensible, je me propose d'apporter ma petite contribution. Mon animation citoyenne à moi consiste à élire, chaque année, les meilleurs censeurs, les plus gentils inquisiteurs, les dictateurs les plus brillants et les délateurs les plus zélés. C'est l'objet même des Copeauwards, premiers du nom.

Pour lancer un peu notre quète de la quasi perfection, je voudrais citer nos deux premiers nominés, assez incontestables au demeurant :

  • Google, qui, après avoir fait croire à ces salauds d'anarmachins qu'il résistait au gouvernement US mieux que ses petits concurrents, a enfin rejoint le rang des sites bien propres sur eux avec Google China ; Mélodius montre par exemple les résultats de la requête Tien An Men square, c'est confondant.
  • l'assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, qui a fort heureusement rejeté une propositon de motion déposée par des fascistes et qui aurait consisté en une "condamnation internationale des crimes des régimes communistes totalitaires". Dantec - malgré ses égarements - écrit très bien : "À ce titre, l'Assemblée des Fossoyeurs Eurocrates aura une nouvelle fois parfaitement rempli sa mission, qu'elle a su avec génie appliquer à partir des préceptes orwelliens de 1984 : pour changer le futur, changez le passé. La liberté c'est l'esclavage. Le mensonge c'est la vérité." Il ajoute : "Il est temps (...) de se préparer activement à accueillir en son sein la Grande Utopie de ce siècle, il devenait donc urgent de réhabiliter celle qui avait dominé le précédent, il était temps d'avoir enfin l'audace d'affirmer que les cent millions de morts victimes du communisme sont des cons.

La barre est déjà placée bien haut. A vous de proposer des nominés potentiels à présent.

EDIT : Réflexion faite, je propose de nominer également l'encyclopédie Wikipédia, qui s'acharne à vouloir supprimer la page consacrée à Wikibéral, alors que nul ne s'oppose à la présence d'anarpédia, encyclopédie anarchiste, et que, comme l'écrit Apollon,

résultats google: 37 200 pour wikibéral. (0,15 secondes) et total d'environ 20 200 pour wikiberal. (0,16 secondes) (sans accent). Cette encyclopédie a donc une ampleur notable. Wikipedia peut et doit parler avec neutralité d'une encyclopédie concurrente engagée.