Sarko se vantait l'an dernier d'avoir abrogé la double peine. Eolas rappele à propos qu'il n'en est rien du tout.

l'abrogation de la double peine, c'est pour le "grand public", l'infraction au séjour permet toujours l'interdiction du territoire outre une peine de prison.

Le petit problème c'est que, ce même ministre, non content d'être un bonimenteur, est également un menteur, lui qui écrivait jadis, je cite :



La réforme de la double peine a procédé de la même conviction : à chaque délit, à chaque crime, il doit y avoir une réponse pénale ferme. Mais celle-ci ne peut varier selon que l’on est, sur sa carte d’identité, français ou non. Lorsqu’il a passé toute son enfance en France ou qu’il y a fondé une famille, le second n’a pas à subir une seconde sanction en étant expulsé dans on pays de nationalité et coupé de sa famille. La République, les religions, l'espérance (Éditions du Cerf, 2004, 172 pages, 23 euros)

No comment.