Les lecteurs avisés que vous êtes ont sans doute remarqué que je n'ai jamais, ne serait-ce qu'évoqué, au sein de mes pérégrinations cinématographiques, la saga du flan de l'espace, dirigée d'une main de fer par le Pygmalion de San Francisco. L'espèce de machin qu'on appelle "Star Wars" de nos jours, qu'on appelait "la Guerre des étoiles" jadis.

Du réalisateur, je n'ai jamais vu American Graffiti, mais, en revanche, j'ai vu et apprécié THX 1138 (le THX n'est-il pas le format sonore qu'il a initié ?). Même Willow, qu'il a je crois plus ou moins scénarisé, reste un bon film.

En revanche, je ne peux pas dire que j'ai été passionné par la saga des étoiles qui se battent entre elles avec un type qui marche dans le ciel, poursuivi par un gros black asmathique. Ni par les combats entre vaisseaux intergalactique - interstellaires - intermarché, guère plus percutants que ceux de Bomber-X. Ni même par la qualité du scénario (mais qui n'a pas compris, à la moitié de l'épisode 4, que Dark Médor est le papounet de Luke ?). Les rayons lasers de la première trilogie sont encore moins réussis que ceux de Tron, des studios Disney. L'intérêt de la trilogie des années 70-80, la pseudo histoire d'amour autour d'une princesse plus moche que Caroline de Monaco, me semble bien ténu. Toute la première trilogie repose sur le jeu d'acteur d'Harrison Ford, qui n'a pas tenu là l'un de ses plus mauvais rôles.

Alors bien sûr on peut vanter l'indépendance de Lucas, se gargariser de son côté un peu gourou (vous ne trouvez pas qu'il ressemble à Rael ?), ou bien regretter ses penchants despotiques. Mais un réalisateur original n'implique pas un film original. Et c'est bien, à mon sens, là où le bat blesse dans la saga Star Wars : C'EST PLAT ! C'EST SOPORIFIQUE ! C'EST ETHERE !

Comme le dit Pierrot, Star Wars, c'est un peu comme un spectacle son et lumières, genre Puy du Fou[1].

Quant à la seconde trilogie (épisodes 1 à 3), je ne dirai rien, par charité, au sujet de la Menace fantôme. Quant aux deux épisodes suivants, si la Revanche des Sith est indéniablement le moins mauvais, pour que ces deux films aient pu sortir - ne serait-ce qu'un petit peu - de l'ornière dans laquelle ils se sont trouvés, il aurait déjà fallu que George embauche de vrais acteurs, pas des figurants tels que Hayden Christensen.

La Guerre des étoiles, c'est vraiment l'attaque des Clowns.

Notes

[1] Je vous renvoie à ses critiques sur L'Empire contre-attaque et sur Le Retour du Jedi.