Un billet pour remercier le plus grand réalisateur français de tous les temps :), j'ai nommé, mais vous l'avez bien sûr deviné : Max Pécas ! Trop de billets consacrés au cinéma trash et horrible ici, et pas assez de légèreté ! Par ailleurs, je me fais un devoir de défendre la veuve et l'orphelin du cinématiquement correct, les laissés pour compte du prêt-à-penser, les parias du festival de Cannes.

Bien sûr, vous allez me dire, et vous n'aurez pas totalement tort, que Max a créé le summum de l'humour beauf, qu'il est l'exact opposé du bon goût et même de la plus petite lueur d'intelligence.

Je sais tout cela. Mais je sais aussi qu'il écrivait, réalisait et produisait lui-même ses films. Qu'il a tout donné pour l'entertainment du plus grand nombre, ce qui n'est pas en soi condamnable, bien au contraire. Et qu'il a suscité nombre de fantasmes, par quelques-uns de ses films, auprès de l'adolescence d'alors, dont j'étais. Je pense tout particulièrement à sa trilogie de Saint-Tropez[1]. Il a découvert Ticky Holgado, Victoria Abril ou encore Caroline Tresca. Ses polars des années 60 étaient d'honorable facture. Enfin, il a écrit des dialogues qui m'ont personnellement marqués :

Evelyne: Qu'est ce que vous faîtes vraiment dans la vie Paul et toi?

Julius: On fait gaffe!

ou encore

Le commis: Cet homme là il a pas de coeur!

La bonne: Il a autre chose! A voir comme il s'est emballé la patronne, ça doit être extra!

Le commis: Tu parles! Une mécanique qu'a plus de cent mille bornes ça lache d'un seul coup tandis que le neuf ça part tout seul! La bonne: Et ça vous laisse tomber en route!

Je n'ai pas honte, ou plutôt pas plus honte que d'apprécier Chevallier et Laspalès, en vous conseillant d'acheter ce coffret, sorti l'an dernier :

Au fronstipice du site Max Pécas spirit, on peut lire ceci :

Max Pécas est au cinéma comique ce qu' Edd Wood est au cinéma de science fiction...

Nulle meilleure définition que celle-ci, ne trouvez-vous pas ?

Et comme vous êtes sympas, quelques photos d'Olivia Dutron, l'un des superstars de Max :

Notes

[1] Les Branchés de St Tropez, Deux enfoirés à St Tropez, et On se calme et on bois frais à St Tropez

lire la suite