Je ne suis pas très fan d'Ayn. Outre qu'Ophélie est plus agréable à regarder, Mariah plus agréable à écouter et Colette plus agréable à lire, Ayn et son objectivisme me laissent de marbre et ne me convainquent guère. Je leur préfère le subjectivisme de Lachmann, sinon de Mises. Même si je sais que l'opposition entre ces auteurs n'est pas aussi simple qu'une lecture superficielle pourrait le laisser supposer.

Néanmoins, alors qu'on célèbre en ce moment le centenaire de sa naissance, je voudrais néanmoins citer cette pensée d'Ayn qui est si anticonformiste qu'on ne peut que l'apprécier :

Beaucoup de professeurs de morale - aussi bien Jésus que John Stuart Mill - nous enjoignent à aimer nos semblables. Rand, comme l'enfant des Habits neufs de l'Empereur répond : "Avez-vous déjà rencontré ces personnes?"

Aimer tout le monde ? La plupart des personnes ne méritent simplement pas notre amour. Même un étranger extrêmement agréable n'a pas à exiger notre aide, et la plupart de nos semblables n'atteignent même pas ce seuil. En outre, insister tout le temps sur la quasi-obligation d'aimer chacun facilite l'oubli de notre premier devoir vis-à-vis de nos semblables : les laisser tranquilles.