Puisque tout procès doit être instruit à charge et à décharge, j’ajouterai que l’hostilité des intellectuels - de beaucoup d’intellectuels - au libéralisme provient aussi dans une certaine mesure des effets pervers engendrés par l’ordre libéral. Mais l’ironie veut que les mêmes intellectuels qui condamnent l’ordre libéral soient aussi ceux qui en défendent certains des effets pervers. Dans mon livre, j’ai pris un certain et peut-être un malin plaisir à illustrer ce point par une variation sur un thème de Tocqueville : il soutient dans sa seconde Démocratie en Amérique, en s’appuyant sur ses observations américaines, qu’une société où les produits culturels sont des produits de consommation courante soumis à la loi de l’offre et de la demande constitue un terrain favorable au développement de la vulgarité.

Je crois qu’il a raison et j’ai choisi d’évoquer sur ce chapitre le cas de la télé-réalité. J’ai proposé d’analyser ce phénomène comme une réponse novatrice à une demande. Le public aime qu’on lui montre des célébrités. Or les célébrités qui doivent leur succès à leurs mérites et dont les mérites et la personne sont médiatisables sont trop peu nombreuses pour répondre à une demande qui se fait explosive sous l’effet notamment de la multiplication des chaînes de télévision. D’où l’idée de proposer au public des célébrités, celles de Loft story ou de la Starac, dotées de mérites et de talents entièrement virtuels.

Poussant cette ligne de réflexion un peu plus loin, j’ai proposé à titre d’hypothèse qu’on peut analyser les cotes astronomiques atteintes par certains peintres - comme Yves Klein, dont la trouvaille principale a consisté à peindre en bleu des objets quelconques, par exemple les éponges qu’on peut se procurer chez le droguiste du coin - comme résultant d’un excès de la demande sur l’offre d’oeuvres d’art.

Je crois qu’on peut analyser de la même façon la production des syndromes généreusement inventés par la psychiatrie moderne, comme le syndrome de Sissi qui veut que l’allant et la vitalité puissent être des signes de mal-être, voire de dépression. Ces innovations dignes du Dr. Knock sont, me semble-t-il, un effet d’une inflation de la demande de santé et tout simplement de bien-être psychique.

Ces mécanismes pervers seraient sans importance s’il suffisait d’ignorer ces produits douteux. Mais il est bien possible que la loi de Gresham s’applique au cas des produits culturels : que, de même que la mauvaise monnaie chasse la bonne, les oeuvres d’art insignifiantes et les idées fragiles et douteuses chassent les bonnes en en décourageant la production.

On reconnaîtra qu’il serait difficile de lutter contre ces effets pervers, si effets pervers il y a bien, sans mettre en cause des valeurs fondamentales, comme la liberté d’opinion et de création. C’est pourquoi sans doute les intellectuels qui dénoncent les effets indésirables du libéralisme songent rarement à évoquer ce type d’effets.

Raymond Boudon, Rencontre Turgot du 5 mai 2004.