Un intéressant article qui fait une synthèse relativement fidèle des débats qui opposent aujourd'hui les adversaires et les partisans de l'entrée de la Turquie dans l'UE. Ce paragraphe en constitue un assez bon résumé :

De fait, ces deux visions reposent sans doute sur deux idées différentes de la puissance. L'une obéit à la conception classique de la force militaire, qui suppose une gestion centralisée et une volonté homogène. L'autre tolère plus de diversité et, s'il est vrai qu'elle s'accompagne d'une certaine dilution du pouvoir, elle s'exprime davantage en termes d'influence et de rayonnement.

Sans entrer dans le coeur du débat, qui me prendrait présentement trop de temps, j'ose toutefois vous renvoyer au billet suivant, ainsi qu'à celui-ci, resté - étrangement selon moi - sans commentaire, hormis celui de l'ami Jugurta.