Le vrai défi sur internet, c'est le temps. Je veux dire par là la durée, le fait de savoir tenir dans la durée. On sait déjà que les débuts du net sont perdus à jamais.

Il est probable que nombre de sites, de pages web de la période actuelle soient perdus demain. Que devriendront tous ces blogs, toutes les pages des forums, tous les groupes de discussion, sans parler des chats ? Une partie sera conservée, à l'INA ou dans la mémoire cache de Google. Mais une large part, sans doute la principale, disparaîtra - ou ne sera conservée, au mieux, que dans le disque dur de son initiateur. Et pour combien de temps ? Un jour il ne pourra plus lire celui-ci.

Pierre Lévy explique bien, dans ''World philosophie'', l'étendue de ces considérations.

Nombre de blogs amis, de sites que je fréquente, ont disparu ou disparaîtront demain. Ce blog aussi, peut-être. Je l'ignore pour l'instant. Tout ce que je sais, c'est que, précisément, rien n'est plus facile que de créer un site. Rien n'est plus difficile que de le conserver.

Un peu comme en octobre dernier, je ne serai pas très présent en janvier. Voire pas présent du tout.

Mais n'ayez crainte ; pas plus que la première fois, je n'ai l'intention d'abandonner. Et puis Aurore passera, je l'espère, de temps en temps. D'ici là, bonnes fêtes !