Ce lien vous permettra de calculer votre empreinte écologique.

De quoi s'agit-il ?

de la surface fictive de sol productif nécessaire à une population pour répondre à sa consommation et à ses besoins d'absorption de déchets. On sait qu'elle augmente fortement passée un niveau de développement humain supérieur à 0,900.

Certains en concluent, par une addition simpliste des empreintes écologique de chaque individu, que l'expansion humaine sur Terre ne peut qu'être limitée, dans la mesure où notre niveau de développement, s'il était appliqué aux pays pauvres, nécessiterait une surface productive de 6 fois la Terre.

Seulement voilà, les Cassandre oublient de rappeler une chose pourtant nécessaire : l'empreinte écologique ne saurait se concevoir qu'à technologie courante, et non à technologie constante. Cela signifie que le calcul aboutissant aux six planètes dont je parlais n'a aucun sens. Sauf à supposer que le progrès technique n'apportera aucune intensification productive, ce qui est en contradiction flagrante avec l'histoire économique.

C'est pourquoi j'oppose au concept de développement durable catastrophiste celui de développement durable libéral. Il signifie que la plupart des actifs naturels n'ont de valeur que par les services qu'ils rendent. Pour assurer la durabilité de la croissance, il faut donc que le surplus retiré à l'occasion de l'exploitation d'une ressource naturelle non renouvelable à brève échéance (comme le pétrole par exemple) soit en partie réinvesti, pour augmenter le stock de capital substituable à cette ressource. Dès lors que le progrès technique est constant, voire exponentiel, celui-ci est en mesure d'assurer un jour la substitution.

Henri avait écrit un article sur le principe de précaution qui prolonge ces courtes remarques