A lire sur l'indispensable site de Jack : la préface de Jean-François Revel à l'ouvrage de Carlos Rangel, l'Occident et le Tiers Monde, paru en 1982.

La simple citation du premier paragraphe devrait vous inciter à courir le lire :

Carlos Rangel traite dans ce livre d'un sujet sans espoir. En effet, dans leur majorité, les gouvernements qui dominent aujourd'hui la planète n'ont aucun intérêt à mettre en oeuvre les moyens de réduire les inégalités entre nations riches et nations pauvres, parce que l'exploitation politique et idéologique de ces inégalités se trouve être pour eux plus lucrative que leur correction. Bien plus, leur correction ferait disparaître les formes de pouvoir qui règnent dans la plus grande partie du tiers-monde, et qui apportent aux politiciens sachant s'en servir les satisfactions d'un mélange unique de toute-puissance et d'irresponsabilité.