9 septembre 2008

Politique de l’offre

> atomique, économique — Copeau à 14:36

Lu dans le Monde de ce jour :

Le premier secrétaire (du parti socialiste, François Hollande) a évoqué « les trois mutations que doit amorcer la gauche ». Partisan d’une large réforme fiscale, il juge nécessaire de « faire prévaloir une politique de l’offre » en encourageant l’investissement des entreprises plutôt qu’une relance de la demande. Il souhaite « transformer l’Etat-providence pour en faire un instrument de préparation » et pas seulement « de réparation ». Enfin, il a plaidé en faveur du désendettement de l’Etat.

et bé…

8 réactions »

  1. Higgins dit le 9 septembre 2008 à 15:11

    Et bé!!! Si Flanby tient un tel discours, je ne suis pas surpris qu’il soit contraint (ait décidé?) de quitter le poste de SG de l’UMP de gauche.

  2. Coldstar dit le 10 septembre 2008 à 9:39

    Entendu ses dernières déclarations: encore pas mal de non-sens économiques (ex: augmenter l’IS des entreprises qui redistribuent leurs bénéfices aux actionnaires, et le baisser pour celles qui réinvestissent… sans commentaires) et de la redistribution à gogo; cependant, la teneur générale donnait une goût de social-démocratie vraiment démarxisé (alors que la synthèse marxo-keynésienne était toujours fort dominatrice au PS, à tout le moins dans les discours), et de plus, Hollande a prononcé plusieurs fois le mot “incitation”, grand absent de toutes les professions de foi du PS pendant près de quarante ans. Beaucoup d’indices qui laissent à penser que, s’il n’aime pas les riches, François le petit a bien renoncé au grand soir.

  3. h16 dit le 14 septembre 2008 à 17:57

    … Peut-être Flanby a-t-il fait un petit tour de passe-passe rhétorique, mais ne nous leurrons pas : ces beaux mots ne subsistent pas une fois ces gens au pouvoir : on assisterai plutôt aux n-ièmes bricolages qui ont fait stagner puis régresser la France ces trente dernières années…

  4. Edmond dit le 25 septembre 2008 à 16:47

    Plutôt que de nous faire des copier-coller du Monde qui ne nous font pas non plus de révélations fracassantes sur le sinistre François Hollande, pourquoi ne te lancerais-tu pas dans un billet sur la crise américaine.
    Voilà un sujet qui devrait enflammer un libertarien. Ca m’intéresserait (sans aucune ironie) de voir comment un libertarien pourrait défendre le marché et le secteur privé dans des conditions pareilles.
    Je me souviens de ton frère d’arme, l’auteur de “Chacun pour soi” s’offusquant de la brutalité de l’Etat à l’encontre de ceux qui ne payent pas leurs impôts, alors que penser de la brutalité avec laquelle des gens sont expropriés grâce aux joies du délire spéculatif du marché dans une économie libérale.
    Et l’Etat américain? Est-il critiquable de nationaliser de fait une banque ? Doit-il laisser faire ?
    Voilà un sujet où l’on t’attend. Ce serait plus d’actualité que Carl Menger.

  5. Copeau dit le 25 septembre 2008 à 17:12

    Je ne suis pas à tes ordres, et jusqu’à la preuve du contraire je suis le seul à choisir les thèmes que je veux traiter. Si ça t’intéresse tant, tu n’as qu’à chercher un peu sur internet, il y a déjà des dizaines d’articles en langue anglaise.

  6. Edmond dit le 25 septembre 2008 à 17:44

    Ouh là, on se calme.
    Relis-moi, je n’ai pas dit “Fais-nous” mais “Pourquoi ne te lancerais-tu pas?”. Ce n’est donc pas un ordre mais plutôt une suggestion et une réaction d’un fidèle lecteur de ton blog.
    Et ce n’est pas l’avis des auteurs des dizaines d’articles en anglais qu’on peut consulter sur le net qui m’intéresse mais le tien.
    Je te lis parce que je trouve que tu parles de choses intéressantes mais hélas que tu te cantonnes un peu trop à de grands penseurs morts depuis belle lurette. Tu es (et c’est tout à fait respectable) un grand défenseur du marché non régulé, ce que je ne suis pas (sans être pour autant un affreux gauchiste, très loin de là). L’actualité nous offre un brillant sujet à débattre. Je trouve dommage que tu ne l’abordes pas.
    Tu me vois probablement comme un emmerdeur patenté alors que je suis juste un stimulateur et j’aime juste voir jusqu’où peuvent aller les grandes théories.

    Je l’ai dit maintes fois, je t’ai lu jusqu’ici parce que les théories libertariennes m’intéressent, en tant qu’adorateur inconditionnel de la liberté. Ce qui me déçoit un peu comme ici ( mais tu n’es pas le seul libertarien dans ce cas), c’est le fossé qui sépare la brillance qui se dégage de toutes les théories très séduisantes que tu présentes et le manque de répondant dans les cas concrets comme celui qui se déroule en ce moment aux USA et dans le monde.
    Les libertariens reprochent à juste titre aux gens d’extrême-gauche de suivre des dogmes mais ne font-ils pas la même chose en se référant sans cesse à des gens Hayek comme s’il avait écrit la Bible, sans être capables de discuter sereinement d’une terrible crise concrète due au libéralisme ?
    Un peu comme les communistes qui citent Marx à tout bout de champ, au nom d’une belle idée, sans jamais remettre en question les crimes abjects qui ont été commis en son nom.

  7. le patron dit le 3 octobre 2008 à 1:44

    Allons, Copeau, les lecteurs le réclament : la crise t’appelle ! (non, il n’y a pas de contrepèterie)

  8. jacobs dit le 7 octobre 2008 à 13:09

    AU contraire, ce qui est interessant c’est de faire sauter un peu le parti-pris politique particulièrement sclérosé en France. En fin de compte, en Allemagne, Schroeder a eu le mérite d’amener des réformes à la social-démocratie que seul le PS pouvait passer sans se faire descendre d’avance… quand son parti a voulu freiner des quatres fer, il était trop tard et… Merkel fut élue
    Et la droite? Merkel a donc prêché l’austérité et l’équilibre budgétaire mais pour parvenir à sa promesse : elle a augmenté la TVA de 3% et réduit dramatiquement les prestations sociales! (Bon, d’accord c’est pas la seule responsable car au moins elle aura respecté la machine parlementaire … cette fois là). Alors, y a t’il un parallèle avec la France de Sarko? Quelles promesses de réformes sont vraiment passées: droits de successions, bouclier fiscal (ahem…) et et…?

Flux RSS des commentaires de cet article. TrackBack URI

Enregistrez votre réaction